Mali : « le gouvernement a besoin de 170 milliards de FCFA pour faire face aux besoins » humanitaires a indiqué le bureau de la coordination des affaires humanitaires


L’insécurité en plus des problèmes climatiques ont fait que le taux de malnutrition aiguë demeure plus sévère dans le nord du Mali avec ses 25% des centres de santé qui ne fonctionnent pas. C’est ce qui ressort du rapport du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires. Aussi dans ce rapport, la coordination indique que Ménaka, Kidal et Mopti enregistrent les taux d’écoles fermées les plus élevés et le nombre de personnes déplacées internes dans le pays ne cesse d’augmenter. Cette étude a été réalisée de janvier à février 2019.