Afrique du Sud : Le gouvernement annonce une formation professionnelle de masse et une campagne d’embauche

Les projets sont entrepris dans le cadre d’un accord de partenariat entre l’Institut Fuze pour la pratique humanitaire et la Caisse d’assurance-chômage UIF, selon le site Business Tech .Par le biais de ses programmes d’activation du travail ,l’UIF a réservé 551 millions de rands pour les trois projets pour que 19921 bénéficiaires, dont 70% sont d’anciens cotisants de l’UIF qui ont perdu leur emploi, suivent une formation. Les programmes de formation se concentreront principalement sur les disciplines de compétences telles que les manipulateurs d’aliments, développement d’entreprise  et les techniciens de la fibre optique. Déjà, les 14 771 bénéficiaires ont été employés par le ministère de l’Éducation du KwaZulu-Natal après avoir terminé leur formation », a indiqué le département. ”Le Département du développement économique, du tourisme et des affaires environnementales du KwaZulu-Natal s’est engagé à soutenir les 5 000 coopératives d’apprenants en achetant leurs produits agricoles tandis que Link Africa s’est engagé à employer les 150 bénéficiaires en tant que techniciens en fibre optique à la fin de la formation ”,  a  indiqué le ministère dans un communiqué.

Génération d’emplois

Le président Cyril Ramaphosa a déclaré que le gouvernement se concentrerait sur la création d’emplois dans le pays au cours de l’année à venir, en particulier pour les jeunes. « Un service national de la jeunesse revitalisé recrutera sa première cohorte de 50 000 jeunes au cours de l’année prochaine’’ a déclaré  le chef de l’Etat sud-africain dans son discours sur l’état de la nation en février dernier, soulignant  que  créer  l’emploi des jeunes est crucial pour la stabilité », a-t-il déclaré. Il a affirmé que le Département de l’enseignement supérieur et de la formation placera 10 000 diplômés de l’EFTP au chômage sur les lieux de travail à partir d’avril 2022. Le président a également appelé le secteur privé à soutenir ces mesures  et, dans la mesure du possible, à abandonner l’expérience comme condition d’embauche  pour donner au plus grand nombre de jeunes possible leur premier emploi.

K.Fiakofi