Burkina Faso : La Ligue des consommateurs s’oppose à une augmentation du prix du pain

La Ligue des Consommateurs du Burkina (LCB) a animé un point de presse dans la soirée du 28 avril 2022. La possible augmentation du prix du pain annoncée par les patrons de boulangeries était au cœur des échanges avec les journalistes.

Le 27 avril 2022, les patrons de boulangeries du Burkina Faso ont annoncé que le prix de la baguette de pain pourrait passer de 150 à 200 FCFA. Pour cause, a-t-on appris, la mauvaise pluviométrie, le Covid-19 et la crise ukrainienne qui ont «entraîné une baisse du stock mondial de blé». Cet argumentaire, la LCB dit s’inscrire complètement en faux. Pour la faîtière des consommateurs, certaines de ces raisons avaient été avancées par les boulangers pour justifier une autre augmentation datant de 2017. Dasmané Traoré, président de la LCB, indique que le prix du pain, vu sa sensibilité, avait été discuté et arrêté dans un cadre de concertation regroupant tous les acteurs (gouvernement, boulangers et consommateurs). «Au regard de tout ce qui précède, et dans ce contexte généralisé de vie chère, la LCB oppose une fin de non-recevoir à toute action ou tentative d’augmentation du prix du pain», a-t-il fustigé.

       Large boycott du pain en cas de hausse de son prix

A l’en  croire, la solution ne réside pas à un réajustement du prix du pain à 200 FCFA mais plutôt dans la baisse des ristournes octroyées aux clients et aux livreurs. Pour éviter de tels désagréments à l’avenir, Dasmané Traoré et ses camarades proposent la mise en place d’un code de bonne conduite qui sera soumis à toutes les boulangeries. Qu’à cela ne tienne, les conférenciers invitent le gouvernement «à siffler la fin de la récréation» et à trouver une issue favorable tant pour les boulangers que pour les consommateurs. «La LCB invite les consommateurs à se mobiliser et tiendra pour responsable le gouvernement si d’aventure cette forfaiture venait à être légalisée car elle va ouvrir la voie à des augmentations (…) face à des consommateurs désarmés», prévient le président Traoré. En cas d’augmentation effective du prix de la baguette de pain, les conférenciers se réservent le droit de déployer des moyens pacifiques de protestation au titre desquels figure le boycott.

Abdoul Karim TAPSOBA