Burkina Faso : Ouaga Fashion Week, de retour pour la 3e édition

La 3e édition de Ouaga Fashion Week s’est tenue du 09 au 14 mai 2022 à Ouagadougou. Plus de 2000 personnes étaient à ce rendez-vous qui se veut un cadre de valorisation du textile et des créateurs africains.

Des créateurs d’Afrique de l’Ouest et d’Europe ont présenté leurs vêtements à Ouaga Fashion Week

Après deux ans de suspension en raison de la pandémie de Covid-19, la semaine de la mode de Ouagadougou a marqué son grand retour à cette troisième édition de l’événement. Il s’agit d’un événement de l’industrie de la mode qui permet aux stylistes et maisons de couture de présenter leurs collections prêt-à-porter et haute couture. C’est ainsi que, du 9 au 14 mai dernier, quelque 35 créateurs d’Afrique de l’Ouest et d’Europe ont présenté leurs vêtements dans la capitale Burkinabè. Pour la première fois, la majorité des créateurs, soit environ 75 %, étaient originaires du Burkina Faso, a indiqué Alex Zabsonre, directeur de l’événement, selon Africanews. Des défilés de mode, des panels sur les thématiques liés à la mode et un espace d’échanges entre les personnalités du monde de la mode dénommé « Case création » a servi de lieu de découverte pour les amoureux de la mode.
Le Burkina Faso est connu pour son tissu traditionnel Faso Dan Fani, un tissu en coton, tissé à la main. A en croire le promoteur de Ouaga fashion week, les créateurs de mode souhaitent que le pays soit reconnu mondialement comme un centre de mode émergent. « Donc, il est très important que tout le monde se lève, que l’industrie de la mode burkinabè se réorganise, que nous nous tenions la main pour conquérir le monde. Je pense qu’il y a du bon travail qui se fait et il est temps pour nous d’aller conquérir le monde » a confié Zabsonre, selon notre source.

Alex Zabsonre, le promoteur de Ouaga Fashion Week souhaite que le Burkina soit reconnu mondialement comme un centre de mode émergent

Une édition dans un contexte sécuritaire difficile

Ouaga Fashion week, une semaine colorée et dynamique, s’est déroulée dans un contexte de recrudescence de la violence jihadiste liée à Al-Qaida et au groupe État islamique, qui a fait des milliers de morts au Burkina Faso. « En raison de la question de la sécurité, les choses ont diminué et nos amis, ceux qui venaient d’Europe, ne viennent plus à cause de l’insécurité et c’est dommage. », a affirmé le promoteur de Ouaga Fashion Week. Une sécuritaire qui pour lui doit amener chaque burkinabè à donner le meilleur de lui-même dans son domaine d’activité. « Cette année, en cette période de crise, je pense qu’il est extrêmement important (d’avoir une semaine de la mode) car comme j’ai l’habitude de le dire, il y a des gens sur le champ de bataille qui se battent pour que nous puissions faire ce que nous faisons actuellement. Donc, je pense que c’est une obligation pour chaque Burkinabé (citoyen) de faire le mieux possible dans son domaine de compétence pour que notre pays reste debout. C’est une obligation, c’est un devoir » a précisé Alex Zabsonre, directeur de l’événement.

Line Rose