Côte d’Ivoire : Des chercheurs s’investissent pour  améliorer le secteur  de l’orpaillage

Selon VOA Afrique, les universitaires ivoiriens ont initié une visite sur le site de la Société coopérative Espoir Mining à Djekanou, dans le département de Toumodi, dans le centre de la Côte d’Ivoire. Universitaires et orpailleurs se donnent la main pour tenter de surmonter les difficultés dans ce secteur.  Ils ont établi un partenariat avec les orpailleurs pour une prise de conscience et une amélioration de ce secteur.

« Notre capacité à fabriquer des appareils qui sont adaptés aux petites mines, ces appareils qu’ils acquièrent de façon chère à l’étranger avec des problèmes de douanes tout ça à l’arrivée, nous on peut les fabriquer ici en grand nombre à moindre coût et c’est à leur avantage », a  déclaré à VOA le professeur Kouakou Alphonse Yao, directeur de l’Ecole Supérieure des Mines et de Géologie à Yamoussoukro.

« Cette collaboration, je pense qu’elle doit d’abord avoir une simplicité et une confiance. Mais la confiance ne va venir que dans la bonne compréhension donc il appartient à chaque catégorie de se faire comprendre. Souvent moi-même je venais utiliser leurs matériels pour fabriquer des outils que je voulais fabriquer », a souligné  Sako Lacina, opérateur économique dans le secteur minier où il exerce dans la catégorie semi industrielle.

Selon Bamba Zakary, président du syndicat national du Groupement des petites mines et acheteur de Côte d’Ivoire (GPMACI). Le secteur d’activité de l’orpaillage a depuis longtemps travaillé de façon anarchique et archaïque sans assistance scientifique, ce qui a constitué un véritable handicap.

Fatimata COMPAORE