Djamila Ferdjani, médecin et militante philanthrope Nigérienne

Docteur en médecine, Djamila FERDJANI, femme altruisme, engagée pour la cause des plus vulnérables et qui veut par son ambition à donner de l’espoir, du courage et de la foi à toute personne qui la côtoie ou la lis sur les réseaux sociaux.

Née le 3 février 1962 à Aoulef en Algérie, Djamila Ferdjani est un médecin et une militante philanthrope nigérienne. Elle est connue aux niveaux national et régional pour son action dans trois domaines principaux : la santé, en particulier celle des enfants, des femmes et des démunis; le sport, et enfin le militantisme social.

Selon Afrique economie, Elle a été la première femme Présidente d’une Fédération Nationale de Sport au Niger, la Fédération nigérienne de basket-ball. Elle fait ainsi partie du cercle très fermé des femmes ayant occupé ou occupant ce poste. Dr FERDJANI compte parmi les premières femmes nigériennes médecin et entrepreneure, avec sa Fondation, Med.Com, qui fait la promotion de la Santé des populations démunies et aide à l’autonomisation des Femmes avec une équipe de 16 bénévoles, plus particulièrement à Niamey au Niger (Afrique de l’Ouest).

Son engagement pour le développement de l’Afrique se manifeste également par plusieurs postes et missions sur tout le continent. De 2004 à 2015, elle participe à la gestion et à la mise en œuvre de programmes de développement de la santé, du sport et de l’insertion des jeunes. Agenda Niamey a expliqué qu’ en 2005, elle a été la Directrice du village olympique lors des Jeux de la Francophonie tenus à Niamey. En 2012, elle a été la responsable du comité de mobilisation des fonds pour l’équipe nationale de football qualifiée pour la CAN 2012 sans oublier sa polyclinique multidisciplinaire (ProSanté) créée en 1992 à Niamey. En 2004, cette mère de 5 enfants faisait partie des membres fondatrices du Forum africain de Ouagadougou pour le développement de l’Afrique.

femme aux multiples casquettes

Commentatrice et militante sociale, elle fait partie des utilisatrices africaines les plus actives sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook, qu’elle utilise pour informer et mobiliser la jeunesse africaine, rapporte Wikipédia. Son objectif est de faciliter et promouvoir le changement sociétal et l’émergence d’un mouvement panafricain, solidaire, volontaire et égalitaire.  Elle plaide régulièrement pour une émergence économique, sociale et culturelle de l’Afrique, basée sur une jeunesse informée, égalitaire, tolérante, sociale et volontaire. Elle communique sur les questions de développement, de santé, d’autonomie, d’humanisme, de solidarité, de justice, de défense des droits de l’Homme, de paix.

Elle fait partie du classement FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population) des 100 femmes leaders du Niger en 2012. Elle a également été élue « femme Nigérienne de l’année » par le quotidien nigérien TamTam Info en 2012. Elle a été sélectionnée parmi les 100 femmes africaines les plus influentes en 2021.

Fatimata COMPAORE