La famine menace 13 millions de personnes dans la Corne de l’Afrique

Selon une déclaration du Programme alimentaire mondiale (PAM) hier, une famine menace 13 millions de personnes de la Corne de l’Afrique due à la sécheresse endémique qui sévit dans la région depuis plus de 4 décennies. Les pays les plus touchés sont le Kenya, la Somalie et l’Ethiopie.

Selon l’agence des Nations Unies, cette partie orientale du continent africain a été confrontée à une mauvaise saison pluvieuse consécutive pendant trois ans, depuis 1981, créant un déficit pluviométrique qui a décimé les cultures. Cette situation a également eu pour corollaire “une mortalité anormalement élevée du bétail”.

“L’eau et les pâturages se font rares et les prévisions de précipitations inférieures à la moyenne pour les mois à venir ne font qu’aggraver la vulnérabilité des populations. Ces manques obligent donc les familles à quitter leur foyer, entraînant ainsi « une recrudescence des conflits entre les communautés”, a indiqué le PAM.

“Les récoltes sont ruinées, le bétail meurt et la faim augmente alors que des sécheresses récurrentes affectent la Corne de l’Afrique”, selon Michael Dunford, Directeur régional du PAM en Afrique de l’Est.

Le sort des couches les plus vulnérables notamment les enfants est plus préoccupant dans cette crise. « Ces enfants paient le plus lourd tribut à des crises dont ils ne sont pas responsables », a déclaré lors d’une conférence virtuelle depuis Nairobi (Kenya), Mohamed Fall, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, ajoutant que cette crise due au climat prive les enfants « d’un foyer, d’un repas, d’une salle de classe et de l’accès à des services de santé vitaux ».
A cet effet, l’UNICEF prévoit que “jusqu’à 20 millions de personnes en Érythrée, en Éthiopie, au Kenya et en Somalie auront besoin d’eau et de nourriture au cours des six prochains mois (…) À l’heure actuelle, près de 5,5 millions d’enfants d’Érythrée, d’Éthiopie, du Kenya et de Somalie sont menacés par la malnutrition aiguë et environ 1,4 million par la malnutrition aiguë sévère”. Encore pire, l’UNICEF craint même une hausse de 50%, si les pluies ne tombent pas dans les trois prochains mois.

Le PAM a lancé cette semaine son Plan d’intervention contre la sécheresse dans la corne de l’Afrique qui nécessiterait 327 millions de dollars.. De son côté, l’UNICEF a besoin de 123 millions pour ses opérations dans cette région.

Lucien DAKISSAGA