La sécheresse expose 1,58 million de personnes à une famine sévère, selon le PAM

Par manque de pluie, les récoltes ont été mauvaises et  la hausse des prix des denrées alimentaires a aggravé les pénuries alimentaires dans la région, selon le PAM. Les provinces du sud-ouest de Huila, Namibe et Cunene en Angola ont été parmi les plus durement touchées par des invasions intermittentes de criquets pèlerins et une sécheresse qui a exposé 1,58 million de personnes à un risque de famine sévère, selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies. “Après l’arrêt des pluies, la faim est venue; J’ai décidé que sa famille traverserait la frontière avec la Namibie au début de l’été 2021.” explique à Aljazeera une mère de   famille  Mwandjukatji. Les communautés rurales dépendent de la production de maïs, de sorgho et de mil comme principale source de nourriture.

Une région fortement tributaire de l’agriculture pluviale

Selon un rapport d’Amnesty International, 67 % de ces terres sont désormais occupées par des ranchs commerciaux. Dans le passé, les pasteurs locaux auraient pu utiliser ces zones de pâturage pour nourrir leur bétail pendant les périodes de sécheresse. »Après la mort des animaux et des récoltes, nous avons désespérément cherché de la nourriture », explique Muapata Uozombambi « Nous avons constaté que des tiges d’herbe poussaient à côté de nos cultures et lorsque nous en avons trouvé quelques-unes avec quelques feuilles dessus, nous avons mangé les tiges d’herbe avec nos enfants. “Ces régions du sud-ouest  ont souffert des effets dévastateurs du changement climatique et la sécheresse actuelle met en péril la sécurité alimentaire et la nutrition des personnes vulnérables », selon un communiqué du PAM.

Des mouvements de population vers d’autres provinces et la Namibie voisine

Selon la Croix-Rouge, plus de 3 000 personnes entrent en Namibie depuis l’Angola entre  2020 et 2021. Des migrations de familles vers d’autres provinces et la Namibie voisine à la recherche d’eau et de pâturages pour le bétail ont été enregistrées dans le sud du pays, a fait valoir un Représentant du PAM en Angola. Pour soutenir la réponse à la sécheresse, le PAM a commencé à travailler avec les autorités provinciales de Huila et Cunene pour renforcer le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë et s’efforce d’obtenir des ressources pour une extension à d’autres zones touchées par la sécheresse.

K.Fiakofi