L’Etat ivoirien a refusé l’extradition de Compaoré», dixit Me Barthélémy Kéré

Le mardi 11 avril 2022, le ministre en charge de l’Education nationale, Lionel Bilgo, celui de la Justice, Barthélémy Kéré, et leur collègue en charge du Commerce, Abdoulaye Tall, ont conjointement animé un point de presse à Ouagadougou. Plusieurs sujets d’ordre national ont, à l’occasion, été abordés avec les Hommes de médias.

Le premier à se présenter devant les journalistes est le ministre Abdoulaye Tall. Son intervention a essentiellement porté sur la «hausse généralisée» des prix des produits de première nécessité. Pour lui, la flambée des prix des denrées s’explique à un double niveau. «La campagne agricole écoulée a enregistré un déficit en lien avec la pluviométrie insuffisante et à l’abandon des terres cultivables dus aux défis sécuritaires avec plus de 450.000 hectares de terres abandonnées. Cela a engendré un déficit de 461.000 tonnes de céréales dans certaines zones et a entraîné une forte demande des produits de première nécessité», a fait savoir le ministre Abdoulaye Tall. Pour juguler le phénomène, ajoute-t-il, le gouvernement a pris des mesures interdisant l’exportation des céréales produites sur le sol burkinabè. A l’entendre, des boutiques témoin ont été par ailleurs mises en place dans le but d’offrir des céréales à prix subventionné à hauteur de 6000 FCFA le sac de 50kg au profit des personnes défavorisées.

   Flambée des prix des denrées alimentaires

Outre ces mesures, Abdoulaye Tall a mentionné l’approvisionnement des stocks de sécurité et le renforcement du contrôle des lieux de stockage. Après lui, c’est son collègue de la Justice, Barthélémy Kéré, qui s’exprime au pupitre. Il fait cas des événements survenus dans la nuit du 30 au 31 mars 2022 à Beguedo, dans le Centre-Est du pays. Cette affaire, à l’en croire, suit diligemment son cours au niveau de la justice. «Concernant la situation de Béguédo qui a entraîné des actes de vandalisme, une trentaine de personnes ont été interpellées. Le tribunal de Tenkodogo a placé 23 personnes sous mandat de dépôt et 9 personnes ont été libérées après leur audition. Pour les personnes en fuite, des avis de recherche sont en cours et la population est invitée à coopérer.  La première audience des personnes déférées se tiendra le 20 avril 2022», a-t-il indiqué. La semaine écoulée les autorités burkinabè informaient l’opinion publique du retour du président déchu,  Roch Kaboré, à son domicile privé. Interrogé à ce sujet, Barthélémy Kéré a précisé que le gouvernement a entrepris des démarches pour lui garantir une sécurité dûe à son rang.

        Quid de l’extradition de l’ancien président Blaise Compaoré?

Le mercredi 6 avril 2022, le tribunal militaire rendait son verdict dans le cadre du procès de l’assassinat de Thomas Sankara et douze de ses compagnons. Parmi les accusés-condamnés figurent l’ex chef d’Etat, Blaise Compaoré, et l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando, tous en exil et sous mandat d’arrêt international. Seront-ils extradés vers le Burkina Faso dans le but d’y purger leurs peines? A cette préoccupation soulevée par un journaliste, le ministre a été ferme. «Blaise Compaoré est de nationalité ivoirienne et l’Etat ivoirien a refusé son extradition. C’est un principe qui est en vigueur qui peut parfois comporter des dérogations. Sinon aucun Etat n’extrade son national. Cependant en tout état de cause, le gouvernement burkinabè appréciera cette affaire en fonction de son évolution», a clarifié Barthélémy Kéré. Au cours de ce point de presse, d’autres sujets d’intérêt national ont également été abordés par le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo.

Abdoul Karim TAPSOBA