Libye : Le Parlement de Tobrouk nomme un nouveau Premier ministre

Le parlement de Tobrouk, en Libye, déchiré par la guerre a nommé jeudi 10 février 2022, l’ex ministre de l’Intérieur au poste de Premier ministre, comme un défi lancé à l’administration du Premier ministre par intérim, Abdulhamid Dbeibah, indique l’AFP.

C’est Abdullah Bliheg, qui a donné l’information de la nomination du premier ministre, par un tweet. Cette décision menace en effet, de déclencher une nouvelle lutte de pouvoir entre l’assemblée basée à l’est et l’administration de Dbeibah basée à Tripoli, dans l’ouest de la Libye. Le magnat, nommé il y a un an, dans le cadre des efforts de paix menés par les Nations Unies, s’est engagé à ne remettre le pouvoir qu’à un gouvernement produit par les urnes. Son administration avait pour mandat de conduire le pays aux élections du 24 décembre 2021, mais elles ont été annulées au milieu de divisions amères sur une base juridique avec les candidatures de plusieurs personnalités controversées, poursuit l’AFP. Le président du Parlement, Aguila Saleh, comme Dbeibah et Bashagha avait été candidat à la présidence, a depuis été le fer de lance des efforts pour remplacer le gouvernement d’union.

Un risque de scission du Pays

L’assemblée avait examiné sept candidats pour diriger l’administration, mais peu avant le vote de confirmation de jeudi, le président du parlement, Saleh, avait annoncé que le seul candidat restant était Bashagha, l’ancien ministre de l’Intérieur. Son challenger Khaled al-Bibass, s’étant retiré de la course. Comme pour contester ce vote par les autorités de Tripoli, le flux télévisé en direct a été coupé juste avant le vote. Il faut dire que dans une allocution télévisée mardi, Dbeibah avait juré qu’il « n’accepterait aucune nouvelle phase de transition ou autorité parallèle » et a déclaré qu’il ne remettrait le pouvoir qu’à un gouvernement élu. Bashagha et Dbeibah ont tous deux le soutien de groupes armés rivaux dans la capitale libyenne. L’ONU, les puissances occidentales et même certains parlementaires ont appelé Dbeibah à rester dans ses fonctions jusqu’aux élections, pour lesquelles une nouvelle date n’a pas encore été fixée. Tandis que l’Egypte a exprimé jeudi son soutien à la Chambre des représentants – le parlement libyen – qui vient d’élire un nouveau Premier ministre. Ce vote risque de diviser le pays et repousser alors les élections.

Pierre Oued.