Libye: L’ONU prévient contre des affrontements, des groupes armés près de Tripoli

L’ONU a mis en garde jeudi 10 mars contre une « provocation » en Libye qui pourrait conduire à des affrontements, citant des informations faisant état d’éléments armés se mobilisant autour de la capitale Tripoli.

Alors que des gouvernements rivaux se disputent le pouvoir, la tension est montée depuis que le Premier ministre Bachaga a prêté serment au début du mois, défiant le Premier ministre par intérim Abdulhamid Dbeibah. II a refusé de céder le pouvoir à Fathi Bashagha, un ancien ministre de l’intérieur, nommé par le parlement, comme premier ministre, et affirme qu’il est l’intendant légitime du pays jusqu’à la tenue des élections. Des séquences vidéo et des images publiées en ligne jeudi montrent des convois de miliciens fidèles à Bachagha se massant à l’Est de la capitale libyenne, alimentant les attentes selon lesquelles ils étaient sur le point d’entrer à Tripoli. Bachagha n’est pas encore arrivé dans la capitale, mais a insisté sur le fait qu’il gouvernerait le pays « par la force de la loi » depuis Tripoli.Selon l’AFP, des dizaines de camionnettes équipées de mitrailleuses et d’autre matériel militaire à l’Est de Tripoli, le long d’une route côtière.

Appel à la retenue

La mission de l’ONU en Libye (UNSMIL) s’est dite préoccupée sur Twitter par « des informations sur la mobilisation des forces et le mouvement de grands convois de groupes armés qui ont accru les tensions à Tripoli et dans ses environs ». Stephanie Williams, conseillère spéciale du chef de l’ONU Antonio Guterres pour la Libye, a tenté de servir de médiateur entre les deux parties. »J’appelle à la retenue et à la nécessité de s’abstenir d’actions provocatrices, en paroles et en actes, y compris la mobilisation des forces », a-t-elle tweeté . »Je renouvelle mon offre d’utiliser les bons offices des Nations Unies pour servir de médiateur et aider les Libyens à trouver une voie consensuelle ». Dbeibah a été nommé au début de l’année dernière à la suite d’un cessez-le-feu historique en 2020 avec pour mandat de conduire le pays aux élections qui devaient avoir lieu en décembre 2021.Mais d’âpres disputes sur la base constitutionnelle et légale de ces élections et la présence de candidats controversés ont entraîné le report sine die du vote. Jeudi, l’ambassadeur américain en Libye, Richard Norland, a également exprimé ses craintes face à une escalade. »Nous soutenons pleinement le message de la MANUL et exhortons les deux parties à saisir l’opportunité de rechercher une solution politique plutôt que de risquer une escalade », a-t-il déclaré sur Twitter.

K.Fiakofi