Mali : la communauté internationale préoccupée par la tuerie à Moura, demande une enquête

Le village de Moura, dans le centre du Mali, a été la cible d’une opération antiterroriste meurtrière menée du 27 au 31 mars par les forces armées maliennes et des paramilitaires du Groupe Wagner. A l’issue de cette opération, l’armée malienne a annoncé avoir neutralisé plus de 200 terroristes.

La communauté internationale dénonce le massacre à Moura et demande une enquête indépendante

La communauté internationale et des ONG de défense des droits de l’homme ont demandé au gouvernement de la Transition du Mali d’ouvrir une enquête rigoureuse conduite par la MINUSMA.

« Nous suivons les rapports faisant état d’informations extrêmement troublantes selon lesquelles un grand nombre de personnes a été tué en début de semaine dans le village de Moura, dans la région de Mopti, au centre du Mali », a indiqué l’ambassade des Etats-Unis au Mali, citée par l’agence Anadolu. Si certains rapports évoquent des meurtres de civils, d’autres par contre parlent d’une opération ayant ciblé des groupes extrémistes violents connus. Face à ces différents rapports, la communauté internationale a dit être de plus en plus préoccupée par la situation sécuritaire au Mali. Les Etats-Unis, l’Union européenne (UE), la France , l’ONG Human Right Wacht ainsi que Crisis Group Sahel ont fait part de leur « préoccupation » à la suite des « exactions massives » dans le village de Moura. Ils ont tous demandé l’ouverture d’une enquête indépendante, afin de faire la lumière sur la tuerie à Moura. « Nous appelons le gouvernement de transition du Mali à permettre l’accès à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) pour qu’elle puisse mener une enquête rigoureuse conformément à son mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies », ont déclaré les USA.
En outre, selon le site AA, l’UE s’inquiète de la multiplication des exactions au centre du pays depuis le début de l’année 2022 et de l’impunité dans laquelle celles-ci se déroulent. « Ces nouvelles allégations d’exactions, suite aux événements de Nampala, Dogofry et Diabaly sur lesquels les éléments d’enquête préliminaire n’ont pas encore été rendus publics affaiblissent davantage la stabilité et mettent en danger la coexistence entre différentes communautés », a-t-elle déclaré.

Entre 200 et 400 morts à Moura

Vendredi dernier, le gouvernement malien de la transition a annoncé dans un communiqué que « 203 terroristes ont été neutralisés dans une opération aéroterrestre de grande envergure menée du 23 au 31 mars 2022 dans la zone de Moura à 17 km au nord-est de Kouakourou dans la région de Mopti au centre ». A l’état-major d’ajouter que « Le respect des droits de l’homme de même que le droit international humanitaire reste une priorité dans la conduite des opérations ». Selon des ONG locales et des sources onusiennes citées par le magazine Jeune Afrique, l’opération antiterroriste a été menée par les Forces armées malienne(FAMA) et par des mercenaires du groupe Wagner. Ces sources parlent de 200 à 400 civils tués lors de cette opération. Selon Rfi, des témoins interrogés par HRW affirment que parmi les personnes tuées, certains étaient effectivement des jihadistes, dénoncés par des habitants, mais que pour la majorité il s’agissait de civils : « ils ont été tués parce qu’ils portaient la barbe et un pantalon court ».
En rappel, le village de Moura se situe au cœur de la zone inondée, contrôlée depuis plusieurs années par les hommes de la katiba Macina. Les FAMA auraient été informés de la présence de djihadistes dans ce village, puis ont décidé d’intervenir, encerclant le village pendant plusieurs jours. Selon les témoignages de HRW, il y a eu des tirs par hélicoptère un jour de marché, puis, pendant près d’une semaine, les habitants du village -dont les téléphones ont été systématiquement confisqués- arrêtés par petits groupes de quatre à dix, parfois interrogés, parfois retenus en plein soleil pendant plusieurs jours, parfois exécutés immédiatement. Depuis quelques semaines, les FAMA et les mercenaires russes sont accusés d’exactions.

Line Rose