Mali: vers une suspension de la diffusion de Rfi et de France 24?

Les autorités maliennes comptent suspendre de leur territoire la diffusion de Radio France Internationale (RFI) et de la télévision France 24. Cest en substance ce qui ressort du communiqué du ministre malien de l’administration territoriale et de la décentralisation, le Colonel Abdoulaye Maïga, rendu public le jeudi 17 mars 2022.

Les autorités maliennes se disent consternées après avoir pris connaissance des informations «non fondées» mettant en cause les Forces Armées Maliennes (FAMa) dans leur lutte contre le terrorisme. Pour Bamako, ces allégations émanant de responsables d’organisations de droits de l’Homme et de certains médias dont Rfi pointent du doigt l’armée malienne, accusée d’exactions contre des civils. Tout en rejetant ces accusations, le gouvernement malien y voit une volonté affichée de nuire au pays. «En considérant la synchronisation de ce matraquage médiatique, le gouvernement en déduit une stratégie savamment préméditée visant à déstabiliser la transition, démoraliser le peuple malien et discréditer les vaillantes FAMA», a dénoncé le Colonel Abdoulaye Maiga. Ce dernier reproche à certains journalistes de RFI d’avoir des intentions criminelles  dans le traitement et la diffusion des informations en lien avec le terrorisme au Mali.

     La presse malienne interdite de reproduire les contenus de RFI et de France 24

En réaction, les autorités de ce pays rejettent ces accusations contre les FAMA et n’écartent pas la possibilité de suspendre jusqu’à nouvel ordre l’émission de RFI et de France 24 sur leur territoire. De ce fait, révèle toujours le communiqué, il est interdit à la presse malienne de relayer les contenus de ces médias visés par la suspension. Pour le gouvernement malien, les agissements de RFI font allusion à la Radio Milles Collines, acusée d’avoir favorisé le génocide rwandais. Tout en félicitant les troupes en lutte contre le terrorisme, le gouvernement n’a pas manqué de rappeler qu’aucune tolérance ne serait accordée aux cas avérés de violations de droits de l’Homme. Le Mali, depuis l’arrivée des militaires au pouvoir, ne file plus le parfait amour avec certains de ses partenaires historiques notamment la France. A travers cette discorde, le déploiement au Mali de la société de sécurité privée russe, Wagner, dans l’optique de contribuer à la lutte contre le terrorisme. Et depuis un certain temps, les rapports entre Bamako et Paris se sont détériorés au gré des réactions des autorités des deux pays.

Abdoul Karim TAPSOBA