Portrait de Mariama Keïta, première femme journaliste du Niger

Première journaliste femme au Niger, Mariama Keïta est un être aux fortes convictions. Citoyenne engagée, elle a poursuivi sans relâche, sa lutte pour la promotion de la femme nigérienne. Elle meurt, le 29 octobre 2018, à l’âge de 72ans, à Istanbul, en Turquie, des suites d’une maladie.

Lorsqu’on demande à Mariama Keïta si elle est très occupée, elle répond, sourire narquois aux lèvres :  » je m’agite plus que je ne suis vraiment occupée… « , relate  nigerdiaspora.net. Sa réponse, un brin ironique et désabusée, donne la mesure du personnage, de celle qui fut la première journaliste de l’histoire du Niger.

Maiama Keïta est née en 1946 à Niamey. Avec   une licence en  anglais, Mariama Keïta débute comme rédactrice et présentatrice du journal au sein de la Voix du Sahel, la radio d’État. En 1993, elle participe à la vulgarisation de la Constitution du Niger, qui permit la tenue des premières élections démocratiques du pays.

De 2003 à 2006, Mariama Keïta occupe le poste de présidente du Conseil supérieur de la Communication (CSC), organe chargé de la régulation des médias du pays. Au cours de ses dernières années de carrière, elle est nommée directrice de la Voix du Sahel. Elle reste la première femme nigérienne à occuper un poste de journaliste à une période ou le métier était exclusivement réservé aux hommes

Cette militante pour les droits des femmes nigériennes en plus de ses nombreuses activités était aussi en charge de la coordination des organisations non gouvernementales et associations féminines nigériennes, un collectif d’une cinquantaine de structures, puis de l’Association pour la démocratie, la liberté et le développement, l’une des toutes premières ONG du pays. Elle fut aussi co-gestionnaire de Démocratie Liberté, Développement / Commission des communautés européennes (DLD /CEEDE), de 1993 à 1994.

Elle faisait partie des 1000 femmes nominées pour le Prix Nobel de la paix en 2005 et a reçu en 1968 la médaille du Member of British Empire, à l’occasion du voyage officiel en Grande Bretagne du Président de la République du Niger, Diori Hamani, qu’elle avait accompagné.

Notons, que Mariama Keïta a publié quelques articles et études, dont la “Gazette des femmes” et “L’Atavisme politique des femmes nigériennes”, ainsi qu’une étude sur l’impact des médias sur les femmes au Niger.

Sources: nigerdiaspora.net; lefigaro.fr; WikipediaLeylatou TIENDREBEOGO