RDC : La Cenco somme les prêtres catholiques pères d’enfants d’abandonner la soutane

Dans un document daté du 3 mars et consulté par l’AFP intitulé “A l’école de Jésus-Christ. Pour une vie sacerdotale authentique”, la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo (Cenco) a sommé les prêtres catholiques ayant des enfants d’abandonner la soutane pour prendre soin de leur progéniture. Cette mesure du clergé intervient 3 mois avant la visite du Pape dans le pays.

En RDC, beaucoup de prêtres n’arrivent pas à honorer leur sacerdoce de rester célibataire pour servir le Christ toute leur vie. Cette situation critique qui n’honore pas l’image de l’église catholique à obliger les évêques de la Cenco à briser le silence pour demander aux prélats qui ont des enfants d’abandonner leur devoir envers l’église et s’occuper d’eux au risque d’être dénoncés auprès du Saint père au Vatican.

Selon les évêques de la Cenco, cette situation de “prêtre-père” est incompatible avec “la vie sacerdotale en régime catholique romain”, et pour ce faire, les concernés devraient demander “la dispense des obligations sacerdotales auprès du Saint-Père”.
En cas de dissidence où de contrevenants aux exigences de la Cenco, il ressort dans le document que l’évêque du diocèse où il en existe un cas devrait s’en charger d’apporter les éléments de preuves au “Saint-siège pour la peine maximale de renvoi de l’état clérical”, rapporte l’AFP.

Pour la Cenco, cette étape importante qui consiste à « briser le silence » est justifiée pour la simple raison que les enfants nés d’une relation entre une femme et un prêtre en RDC sont “stigmatisés” et considérés comme le “fruits du péché”.

« Nous avons l’obligation morale de reconnaître que ces personnes existent et souffrent dans le silence », ajoute le document.

Cette exhortation épiscopale intervient à quelques mois de la visite (du 2 au 5 juillet) du pape François en RDC, pays laïc où l’Église catholique revendique 40% d’une population estimée à 90 millions d’habitants.

Lucien DAKISSAGA