Saison pluvieuse 2022: D’abondantes précipitations attendues

Dans la matinée du 17 mai 2022 a eu lieu à Ouagadougou, un atelier d’information sur les prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques des zones soudano-sahéliennes pour l’année 2022 (PRESAS 2022). Initiée par l’Agence Nationale de la Méteorlogie (ANAM), cette cérémonie a été présidée par Mahamoudou Zampaligré, ministre burkinabè des transports et de la mobilité urbaine.

Le présidium à l’ouverture des travaux

Le Burkina Faso est un pays qui dépend fortement de son secteur agricole. Cependant les saisons pluvieuses y sont parfois capricieuses. Pour prévenir les risques de disette ou d’inondation, l’ANAM a organisé un atelier d’information sur la saison pluvieuse à venir. Selon les experts, la saison pluvieuse 2022 va s’étendre sur les mois de juin, juillet et août. Et au cours de cette période, indiquent-ils, il est attendu des cumuls pluviométriques supérieurs à la moyenne sur la majeure partie du pays, exceptées les régions des Cascades, du Sud-ouest, de l’Est et du Centre-Est. Pour la seconde moitié de cette saison, prévue se dérouler du mois de juillet à celui de septembre, il est prévu des cumuls pluviométriques supérieurs à la moyenne sur l’ensemble du territoire. Pour cette année 2022, on apprend que la campagne agricole va connaître une installation à tendance précoce au regard des références antérieures. Pourtant, la fin de cette saison, elle, se fera avec un retard sur tout le territoire national, selon les précisions de l’ANAM. Par ailleurs, à la fin de ladite saison, des séquences sèches pourraient être ressenties dans les parties sahélienne, centre, est et ouest.

Le ministre des transports Mahamoudou Zampaligré s’est dit satisfait au regard des informations issues du présent atelier

Des séquences sèches également prévues dans certaines zones

Au regard des risques d’inondation, les experts ont formulé des recommandations à l’endroit des décideurs publics. Entre autres suggestions, l’on retient la nécessité de renforcer la veille et les capacités d’intervention des structures habilitées, procéder au curage des caniveaux pour faciliter l’évacuation des eaux de pluies, empêcher l’occupation des zones inondables etc. Face aux hommes de médias, le Directeur général de l’ANAM, Joël Zoungrana a, à propos de la saison prochaine, tiré sur la sonnette d’alarme. «Aux termes des travaux qui ont été effectués cette année à Abuja au Nigeria et qui ont regroupé les experts des centres climatiques régionaux, les prévisions nous indiquent une saison 2022 abondante en pluies notamment dans la zone soudano-sahélienne», a-t-il prévenu. Néanmoins, a-t-il tempéré, des séquences sèches peuvent intervenir en début et en fin de cette saison pluvieuse. Après avoir suivi les explications des experts, le ministre des transports, Mahamoudou Zampaligré n’a pas caché sa satisfaction. «Les informations issues de cet atelier vont permettre de prévenir les catastrophes naturelles et préparer les équipes d’intervention pour parer à toute éventualité. Au-delà donc du gouvernement, ces données sont très utiles pour le citoyen, car à base de ça, il pourra planifier ses activités avec sérénité», s’est-il réjoui. Cet atelier annuel d’information, confient ses initiateurs, est un outil stratégique d’aide à la décision pour le gouvernement et les acteurs de développement national.

Abdoul Karim TAPSOBA