Somalie : Des responsables militaires américains souhaitent le déploiement  des commandos dans le pays

Le Pentagone veut que le président Biden approuve l’envoi de plusieurs centaines de soldats d’opérations spéciales en Somalie pour aider à arrêter la propagation du groupe terroriste Al Shabaab lié à Al-Qaïda, a rapporté le Wall Street Journal.

Les dirigeants de la défense veulent que le président Biden annule les ordres donnés par le président de l’époque Trump dans ses derniers jours au pouvoir, lorsqu’il a ordonné à environ 700 bérets verts de l’armée, Navy SEALs et Marine Raiders de se retirer des bases en Somalie, ont déclaré des responsables de l’administration au Journal.  Les commandos, qui avaient formé des combattants locaux pour se défendre contre al-Shabaab, ont été pour la plupart déplacés vers Djibouti et le Kenya voisins. Maintenant, l’armée américaine veut que la Maison Blanche ramène ces forces en Somalie, ont déclaré les responsables. « Depuis que les forces américaines sont sorties de Somalie en janvier dernier, nous estimons qu’il y a une augmentation des activités d’al-Shabaab », car le groupe ne fait face à aucune pression actuelle et a « la liberté de mouvement », a déclaré un haut responsable du renseignement américain. « S’il n’y a toujours pas de pression sur [al-Shabaab], la crainte serait qu’ils deviennent une menace pour la patrie », a-t-il ajouté.

Al-Shabaab, ramification la plus puissante d’Al-Qaïda

Les opérations militaires américaines de contre-terrorisme se sont répandues dans le monde entier au cours des 20 années qui se sont écoulées depuis l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis, avec des troupes ciblant Al-Qaïda, ses affiliés et, plus tard, ISIS partout, de l’Irak et de la Syrie à la Libye, au Yémen, en passant par la Somalie et les Philippines.  Mais le Pentagone considère al-Shabaab comme la ramification la plus puissante d’Al-Qaïda, avec une force estimée entre  5 000 à 7 000 combattants.

Si Biden n’a toujours pas donné son accord, « Je crois que nous aurons la permission à court terme d’être en mesure d’avoir une présence plus persistante en Somalie », a déclaré un haut responsable militaire au Journal. 

Pierre Oued.