Somalie: Le président et le Premier ministre s’accordent pour  annuler   un accord pétrolier

Le président somalien et son Premier ministre, deux autorités fréquemment à couteau tiré, se sont retrouvés le 19 février 2022 pour dénoncer avec vigueur des accords de production pétrolière avec une société américaine annoncés samedi par leur ministre de l’Énergie.

Dotée d’un important potentiel en pétrole et en gaz naturel, la Somalie a placé le secteur pétrolier au cœur de sa politique économique pour les prochaines années. C’est sans doute dans ce cadre que le vendredi 18 février, le ministre somalien du Pétrole Abdirashid Mohamed Ahmed et la société américaine Coastline Exploration ont signé un accord d’exploration pétrolière qui couvre sept contrats de partage de production en mer. Un « moment historique » selon le ministre qui a précisé que l’accord permettrait d’accélérer la feuille de route nationale d’exploration des ressources de pétrole et de gaz naturel, ont rapporté plusieurs médias locaux.

Cependant ce satisfécit n’a été que de courte durée.

Le chef de l’Etat et le Premier ministre annulent l’accord

Dès le lendemain de la signature de l’accord de production pétrolière, le président Mohamed Abdullahi Farmajo a annoncé l’annulation dudit accord. Pour le chef de l’Etat, cet accord viole le décret présidentiel 7/8/202. Ce décret  interdit la signature d’accords relatifs aux ressources naturelles pendant les processus électoraux, afin de protéger les ressources pendant cette période sensible. « En conséquence, l’accord qu’a signé le ministre est nul et non avenu », a affirmé le président dans un communiqué cité par le média France 24. Le dirigeant a été rejoint par le Premier ministre Mohamed Hussein Roble qui a qualifié l’accord d’« illégal » et d’« inacceptable ». Il s’agit là de l’une des rares fois ces derniers mois où les deux hommes s’accordent.

La Somalie est l’un des pays les plus pauvres du monde et en proie depuis des décennies à des troubles de multiples natures, et notamment à une rébellion djihadiste meurtrière. Le pays se prépare à aller aux urnes le 25 février prochain pour les élections parlementaires, après de nombreux retards dans le processus. Le mandat du président a expiré en février 2021, mais il n’avait pas réussi jusque-là à organiser des élections. Les tensions qui ont suivi cet échec l’ont contraint à nommer Roble pour organiser le scrutin, mais la relation entre les deux hommes est tendue depuis plusieurs mois.

Line Rose