(Actualité) Somalie : Le président Farmaajo « suspend » les pouvoirs du Premier ministre

L’escalade entre les membres de l’exécutif somalien s’accentue. Le président Farmaajo a publié jeudi 16 septembre, un décret suspendant les pouvoirs du Premier ministre Roble l’accusant de prendre des décisions unilatérales qui ne sont pas conformes aux lois et à la constitution provisoire du pays, indique hiiraan online.

Selon le décret publié par la présidence somalienne, le Premier ministre ne peut plus émettre de directives concernant les licenciements ou les nominations. Le chef de l’Etat reproche également au Premier ministre d’avoir « pris des mesures inconsidérées qui pourraient conduire à une crise politique et sécuritaire dans le pays » et l’accuse d' »abus de pouvoir » selon hiiraan online.

Farmajo a également exigé que les ministres du cabinet ne soient pas démis de leurs fonctions avant la tenue des élections et la création d’un nouveau parlement. Il a ajouté que les commissions électorales continueraient à organiser les élections. Le décret a été publié  sur  le compte Twitter officiel de la présidence.

Ce décret qui n’est pas la première tentative du président Farmaajo de couper les ailes du Premier ministre

Le Premier ministre somalien, Mohamed Hussein Roble  n’a pas tardé à réagir. Il a publié une longue déclaration accusant le président de profaner la constitution provisoire de la Somalie, de saboter le processus électoral, de politiser l’appareil de sécurité et d’ajouter à l’instabilité politique du pays selon hiiraan online. Roble a également ordonné à l’armée somalienne de ne pas s’impliquer dans les affaires politiques du pays. Il a vivement protesté contre le décret insistant qu’il ne le respecterait pas. Le Premier ministre Roble a également accusé le président d’avoir ignoré la constitution en ce qui concerne les limites des mandats.

Ce décret  n’est pas la première tentative du président Farmaajo de couper les ailes du Premier ministre Roble. Les partenaires internationaux de la Somalie craignent  que cette impasse ne fasse dérailler le processus électoral et ne mette en péril la paix fragile dans ce pays.

Source : Hiiraan Online

Pierre Oued.