Miaraka, le festival qui met en lumière le talent des artistes malgaches handicapés

La deuxième édition du festival Miaraka a ouvert ses portes, le lundi 13 septembre 2021, dans la capitale Antananarivo. Miaraka,  qui signifie « Ensemble » en français, est un festival qui réunit sur scène des artistes en situation de handicap et artistes valides. Composé de  danse contemporaine, de musique ou encore d’art mural, ce festival est une initiative visant à promouvoir la créativité et le talent des personnes vivant avec un handicap.

Prévue pour une durée de 05 jours, la deuxième édition du festival lancé, depuis le lundi 13 septembre 2021, dans la capitale Antananarivo, s’est poursuivie jusqu’au vendredi 17 septembre 2021. Avec au programme, des spectacles de danse, des organisations d’ateliers de musique, d’art mural, de braille ou encore de langue des signes gratuite.

Soucieux de promouvoir la mixité sociale entre personnes en situation de handicap et personnes « ordinaires », par le biais de l’art, le festival Miaraka se veut être un cadre de promotion de la créativité et du talent des artistes en situation de handicap. Ce rendez-vous culturel, qui met un point d’honneur à réserver exclusivement la scène aux personnes en situation de handicap, fédère des artistes venant de divers horizons. L’initiative de ce festival vient de la danseuse et chorégraphe, Lovatiana Rakotobe, à la tête de la compagnie Lovatiana depuis 2002.

Grande évolution du comportement des gens vis-à-vis du handicap”

La particularité de la compagnie Lovatiana, c’est qu’elle est composée de danseurs en situation de handicap et de personnes valides. “Il y a des propositions artistiques régulièrement dans l’année. Mais il y a un manque d’intégration de personnes en situation de handicap…On n’en est qu’à la deuxième édition mais on voit quand même déjà une grande évolution en matière de comportement des gens vis-à-vis du handicap”, a indiqué la danseuse Lovatiana. Pour elle, le bien-fondé de l’initiative d’un tel festival est qu’elle permet aux personnes autour de nous de porter un autre regard sur ces personnes en situation d’handicap. “Ce genre d’initiative permet de changer le point de vue par rapport au handicap. Savoir que tel ou tel handicap d’une personne ne l’empêche pas de réaliser des choses à sa manière et à son propre rythme», a souligné Lovatiana

Source: rfi.fr

Roseline BADO