Madagascar : Plusieurs arrestations suite à une tentative d’assassinat du président Rajoelina

Le parquet malgache a annoncé, jeudi 22 juillet, avoir déjoué une tentative d’assassinat du président de la République Andry Rajoelina. Plusieurs individus dont deux français soupçonnés d’avoir projeté l’assassinat ont été arrêtés.

« Plusieurs ressortissants étrangers et malgaches ont été interpellés mardi (20 juillet), dans le cadre d’une enquête pour atteinte à la sûreté de l’État », a déclaré mercredi soir à la presse, la procureure générale, Berthine Razafiarivony. A en croire la procureure, ils ont prévu d’assassiner de hautes personnalités malgaches, dont le chef de l’Etat Andry Rajoelina. Parmi ces personnes arrêtées figurent deux Français, a-t-on appris jeudi de source diplomatique. Il s’agit de Paul Rafanoharana( franco-malgache) et Philippe François (français). Pour l’heure, le parquet n’a pas donné plus amples informations sur cette affaire, notamment ni sur ces preuves ni sur les circonstances de ces arrestations. Les enquêtes se poursuivent pour mettre la lumière , a-t-on appris.

Qui sont les deux français interpellés

Ce jeudi matin, le ministre de la Sécurité publique a donné des précisions, notamment sur le nombre de personnes arrêtées dans l’affaire: six individus en tout. Les deux français en question sont Paul Rafanoharana et Philippe François d’anciens officiers à la retraite, (des saint-cyriens) selon l’agence malgache Taratra.
Philippe François était à la tête d’un fonds d’investissement, tandis que Paul Rafanoharana est le conseiller de monseigneur Odon, l’archevêque d’Antananarivo. A en croire Rfi, le nom de Paul Rafanoharana avait circulé récemment comme potentiel futur Premier ministre en cas de remaniement. Philippe François est un ancien colonel de l’armée qui aurait déjà servi au Tchad notamment.

Une tentative d’assassinat déjoué en juin

Lors de la célébration de la fête de l’Indépendance de Madagascar, le 26 juin, la gendarmerie avait annoncé avoir déjoué une tentative d’assassinat. Le secrétariat d’État chargé de la gendarmerie, le général Richard Ravalomanana, le bras droit du président était alors la cible.
La Grande île a connu plusieurs années de crises politiques. Cependant, avec sa situation actuelle, notamment la grande famine qui sévit dans le sud et les difficultés liées à la pandémie, une nouvelle crise politique serait fatale pour le pays.

Line Rose