La Namibie met fin à l’utilisation des jabs Spoutnik suite aux craintes du VIH en Afrique du Sud

La Namibie a cessé d’utiliser le vaccin russe Sputnik V Covid-19 à la suite des inquiétudes exprimées par l’Afrique du Sud voisine, a annoncé, samedi 23 octobre, le ministère de la Santé.

Le vaccin Sputnik suscite des vagues en Afrique du Sud et crée le doute en Namibie

Le ministère namibien de la Santé a déclaré dans un communiqué qu’à la suite de la décision de l’Afrique du Sud, il suspendait avec effet immédiat, l’utilisation des injections, jusqu’à ce que la formule soit répertoriée pour une utilisation d’urgence par l’Organisation mondiale de la santé. La Namibie avait reçu un don serbe de 30 000 doses de Spoutnik  dont moins de 120 ont été administrées aux populations. Le régulateur sud-africain des produits de santé a déclaré lundi qu’il n’autoriserait pas l’utilisation de Spoutnik sur la base d’études antérieures testant la sécurité d’une forme modifiée d’adénovirus, un type de virus qui provoque des infections respiratoires connues sous le nom d’Ad5 et contenu dans le jab.

La Namibie suspend le vaccin pour des inquiétudes sur la sécurité des personnes à risque de VIH

Le régulateur a déclaré que deux études précédentes, l’une en Afrique du Sud et l’autre dans les Amériques, avaient révélé un risque accru d’infection au VIH chez les hommes lié au vaccin à vecteur Ad5. Dans les deux essais, « l’administration d’un vaccin à vecteur Ad5 a été associée à une sensibilité/acquisition accrue du VIH chez les hommes », a déclaré le régulateur, la semaine dernière, dans un communiqué. Le centre russe Gamaleya, qui a développé Spoutnik V, affirme que toute allégation d’un lien entre le vaccin et le VIH est infondée. Il indique que des études cliniques sur plus de 7 000 participants ont montré « qu’il n’y avait pas d’augmentation statistiquement significative de l’infection par le VIH-1 chez les receveurs du vaccin à vecteur d’adénovirus de type 5 ».

Source: Trt world, Nation Africa

K.Fiakofi