Madagascar: Près d’un million de personnes au bord de la famine

La crise climatique mondiale a aggravé la sécheresse dévastatrice qui touche le sud de Madagascar et a amené près d’un million de personnes au bord de la famine. Le pays se trouve en première ligne de la crise climatique. Un million de personnes sont confrontées à une sécheresse d’une ampleur catastrophique.

Amnesty International, dans un rapport publié le mercredi 27 octobre 2021, estime que la crise climatique mondiale a aggravé la sécheresse qui touche le sud de Madagascar. « Madagascar se trouve en première ligne de la crise climatique. Cela se traduit par le fait qu’un million de personnes sont confrontées à une sécheresse d’une ampleur catastrophique et en butte à des violations de leurs droits à la vie, à la santé, à la nourriture et à l’eau. Cela implique le risque de mourir de faim. Voilà ce qui est en train de se produire », dit l’ONG de défense des droits de l’homme.

En juillet dernier, l’ONU avait averti qu’un demi-million d’enfants de moins de cinq ans souffriraient de malnutrition aiguë dans le sud de Madagascar frappé par une sécheresse exceptionnelle, soit quatre fois plus que lors de la précédente évaluation d’octobre 2020. Amnesty International demande aux pays riches d’accroître de façon substantielle, leurs contributions financières pour les mesures respectueuses des droits humains de réduction des émissions et d’adaptation climatique dans les pays moins riches.

« Les projections actuelles concernant le changement climatique indiquent que les sécheresses vont s’aggraver et qu’elles vont affecter de façon disproportionnée les populations des pays en développement.

La sécheresse a aussi décimé des troupeaux, ce qui n’a fait qu’aggraver la disparition des moyens de subsistance de la population. Cette situation n’est pas prête de s’améliorer. Les projections concernant le dérèglement climatique indiquent que les sécheresses vont s’aggraver et qu’elles vont affecter de façon disproportionnée les populations des pays en développement. Face à cela, Madagascar fait partie des pays les plus vulnérables.

Source: Allafrica, Amnesty.fr

Fatimata COMPAORE