Angola: L’opposition s’unit contre le gouvernement

Le parti au pouvoir, MPLA dirige l’Angola depuis près de 50 ans. Dans la perspective des élections de l’année prochaine, l’opposition est déterminée à apporter des changements et a commencé à forger une alliance nous fait savoir DW.

Le chef de l’opposition Adalberto Costa Junior, lors d’un rassemblement à Luanda, cherche également un soutien à l’étranger

L’opposition dans sa quête de s’affirmer sur la scène politique angolaise est allée à la recherche de soutien en Allemagne nous relate le journal DW. En effet, début mai, Adalberto Costa Junior, le président du plus grand parti d’opposition d’Angola, l’UNITA, a effectué une brève visite à Berlin pour « des entretiens politiques avec des représentants de partis et de fondations allemands ». Ou, pour le dire autrement, promouvoir son programme et consolider son soutien politique et financier. Durant son séjour en Allemagne, il n’a pas manqué d’égratigner le régime en place en s’exprimant  à DW. Le chef de l’opposition a qualifié la situation politique, économique et morale de l’Angola de « catastrophique ». Le président Joao Lourenco a commencé son mandat en 2017 avec des promesses de démocratiser le pays, de lutter contre la corruption et d’améliorer le niveau de vie. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, le pays est en ruine, selon Costa Junior.

Isabel dos Santos, femme providentiel ?

Entrepreneur, milliardaire, suspect de corruption: Isabel dos Santos va-t-elle se lancer en politique ?

Les gens sont profondément frustrés. En fait, la plupart des Angolais regardent maintenant favorablement le règne de 36 ans du prédécesseur de Lourenço, l’ancien président Jose Eduardo dos Santos et sa puissante famille a ajouté l’opposant. Pour Costa Junior, il est clair qu’en 2022, le MPLA – qui n’a cessé de régner depuis que le pays a accédé à l’indépendance en 1975 – doit être démis de ses fonctions. Et le moment est venu de définir la voie à suivre pour y parvenir. Mais comment exactement? Le politicien de l’opposition est resté ambigu sur ce point. Mais  le porte-parole de l’UNITA, Marcial Dachala, en étant  plus précis sur les objectifs du parti a indiqué que le Chef de l’opposition veut faciliter les pourparlers avec tous les mouvements d’opposition dans le pays « qui poursuivent le même objectif ». C’est un secret de polichinelle que l’UNITA a déjà tenu les premiers pourparlers informels: notamment avec les politiciens de l’opposition de premier plan Justino Pinto de Andrade et Abel Chivukuvuku. Il faut dire que les trois politiciens de l’opposition qui se sont associés sont des vétérans de la politique angolaise. Mais plutôt que de s’en tenir à une alliance à trois, d’autres partis, mouvements et personnalités influentes qui ne sont pas encore apparus sur la scène politique devraient également être impliqués. L’une de ces figures, selon les observateurs, pourrait être Isabel dos Santos , la fille en disgrâce de l’ancien président Jose Eduardo dos Santos. Selon les observateurs politiques en Angola, le clan Dos Santos reste extrêmement influent et pourrait nuire considérablement au MPLA, à qui il doit sa montée en puissance.

Pierre Oued.