Botswana : Le gouvernement prévoit un non-renouvellement des contractuels de l’Etat dans le domaine de la santé et de l’enseignement

Le gouvernement botswanais a annoncé au début de cette année être en surcharge dans le paiement des masses salariales des travailleurs de la fonction publique. Il prévoit réduire la masse salariale dont le coût s’élève aujourd’hui à plus d’un milliard de pula chaque mois.

Selon le rapport sur les modèles macroéconomiques mondiaux de Trading economics, le taux de chômage au Botswana devrait atteindre 18,60% d’ici la fin de 2021

Le ministre de l’Éducation de base Fidelis Molao a déclaré le mois dernier au Parlement que plus de 1 300 enseignants temporaires seraient embauchés à titre permanent dans un délai de 3 ans à compter de cette année. Une source a affirmé que plus de 600 enseignants temporaires dont les contrats arrivent à expiration ne seront pas renouvelés. “Le gouvernement avait prévu d’embaucher au moins plus de 40% du personnel temporaire,  des enseignants et des infirmières entre l’année dernière et cette année”. La lente reprise de l’économie a affecté les projets du gouvernement d’embaucher du personnel temporaire sur une base permanente cette année “, a déclaré  le ministre de l’Éducation de base Fidelis Molao  cité par Sunday Standard. Le gouvernement réduira également un nombre important d’infirmières temporaires afin de réduire la masse salariale.

Le Comité exécutif central (CEC) de l’Union des infirmières du Botswana (BONU) se dit  préoccupé par la situation déplaisante des infirmières en première ligne contre   la pandémie de Covid-19.

«Il faut le déclarer catégoriquement et souligner que ces infirmières sont utiles car elles effectuent des tests Covid-19, la recherche des contacts, les vaccinations contre Covid-19 et d’autres activités de routine des soins infirmiers» souligne le comité dont les propos ont été rapportés par le Sunday Standard.

«Par conséquent, la résiliation de leurs contrats conduit à une grave pénurie de main-d’œuvre qui fait que les infirmières sur le terrain sont submergées par de nombreuses tâches d’infirmières. Certaines infirmières ont succombé au COVID-19, d’autres sont en quarantaine, isolées à domicile et les autres qui sont actuellement en service se voient refuser un congé annuel alors que les activités du Covid-19 s’intensifient de jour en jour », a poursuivi le comité.

Le secrétaire général de l’Union, Lebogang Philip, a déclaré que les infirmières temporaires n’étaient pas payées depuis plus de deux mois.

Pendant ce temps, selon le rapport sur les modèles macroéconomiques mondiaux de Trading economics, le taux de chômage au Botswana devrait atteindre 18,60% d’ici la fin de 2021.

Il a été rapporté qu’en raison de Covid-19, le taux de chômage est appelé à augmenter, avec davantage d’entreprises menacées d’effondrement.

Dakissaga Lucien