BURKINA FASO / Journée nationale du paysan, édition 2019 : De forts engagements ont été pris

Les membres du gouvernement présents à cette rencontre ont rassuré les producteurs que leurs préoccupations seront prises en compte.

Au terme de la rencontre des producteurs à l’occasion de la journée nationale du paysan à Gaoua, édition 2019, les acteurs du monde rural ainsi que l’exécutif burkinabè ont pris des engagements. Ils ont aussi fait des recommandations pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina.
« Je prends l’engagement collectif de faire en sorte que le secteur agro sylvo-pastoral soit la base du développement de notre pays ». Ces propos sont du président du Faso à la fin de la 21ème édition des journées nationales du paysan, tenues cette année à Gaoua. C’est un face à face qui a accouché d’énormes recommandations mais aussi et surtout d’énormes engagements. A la tribune, les représentants par régions sont passés tour à tour porter à la connaissance de l’exécutif burkinabè leurs préoccupations. Au titre des engagements, il ressort entre autres que les périmètres de protection des différents barrages menacés seront bornés. La ville de Tenkodogo sera bientôt raccordée au réseau d’adduction d’eau potable à partir du barrage de Ziga et la mise en place d’ouvrage hydraulique se poursuivra. Désormais, toutes les forêts seront immatriculées, contrôlées et sécurisées. Et pour ce faire, le ministre de l’environnement annonce la mise en place d’une unité mobile d’intervention opérationnelle et prompte à intervenir sur l’ensemble du territoire national ainsi que l’acquisition de drones pour la surveillance de la faune et de la flore. Et concernant les dégâts causés par les éléphants dans certaines régions, toutes les victimes seront prises en charge. Pour ce qui est de la vulgarisation des produits forestiers non ligneux, la sensibilisation se poursuivra à travers le pays.
Gouvernement et producteurs se sont engagés pour atteindre la sécurité alimentaire
Au niveau du commerce, la priorité sera davantage donnée aux produits locaux quant aux commandes publiques, foi du ministre en charge du commerce. Sur la même lancée, aucun produit alimentaire prohibé ne franchira désormais les frontières du pays. La reprise des travaux pour l’unité de transformation de la tomate de Loumbila, la mise en place prochaine de trois autres unités de transformation de la tomate à Ouahigouya et à Yako sont également annoncées. Engagement a également été pris pour l’accompagnement de 130 PME dans le domaine de la transformation des produits locaux. Pour l’amélioration des rendements et la qualité des produits agricoles, les ministères en charge de la recherche et de l’agriculture promettent de travailler davantage à la vulgarisation des paquets technologiques. Coté producteurs, ils se sont engagés à accompagner le gouvernement pour l’atteinte de la sécurité alimentaire. En matière de recommandations, le monde paysan s’engage à opérationnaliser le secrétariat permanent de la journée nationale du paysan. La mise en place d’un cadre de rencontre intermédiaire entre l’exécutif et les responsables du monde rural est également annoncée. Pour eux, la mécanisation doit aller de pairs avec les superficies et l’amélioration de la qualité, d’où la disponibilité de la recherche à tous les niveaux. L’augmentation de la production des cultures de contresaisons par la construction de retenues d’eau, la création d’unité de transformation de produits locaux, le désenclavement des régions et surtout le renforcement du dispositif sécuritaire ont été annoncés. Sur cette dernière question, Roch Marc Christian Kaboré demande au peuple burkinabè de rester engagé et soudé face à l’insécurité. Et sur les questions de conflits communautaires que connait le Burkina Faso, le chef de l’Etat a attiré l’attention du monde paysan et exhorté tout un chacun a toujours privilégier le dialogue et non la violence.
Sié Alfred