Burkina Faso / Lutte contre le tabagisme : Les acteurs au rapport

Dans le but de lutter contre le tabac, le gouvernement burkinabè et ses partenaires de la société civile ont mis sur pied un rapport. Ce document a été présenté le 25 octobre 2021 au cours d’une rencontre tenue entre les deux parties.

«L’ONG Afrique contre le tabac ( ACONTA) en collaboration avec le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat et le Ministère de la Santé, a procédé ce lundi 25 octobre 2021 à Ouagadougou, au lancement du rapport sur l’indice d’ingérence de l’industrie du tabac au Burkina Faso», a publié le ministère du commerce sur sa page Facebook. Pour le responsable de l’ONG Salif Nikièma cité par cette source, l’existence de l’ingérence de l’industrie du tabac ne fait plus mystère au pays des Hommes intègres. «Nous avons essayé de collecter des informations de cas d’ingérence de l’industrie du tabac que nous avons mis dans ce rapport qui est transmis à l’autorité pour qu’ensemble nous puissions vraiment ouvrir l’œil pour cette ingérence de l’industrie du tabac qui coûte cher dans l’application de la convention cadre de l’OMS pour la lutte anti tabac», a-t-il fait savoir. Selon lui, au vu des effets néfastes du tabac, ce rapport doit être répandu partout afin d’inculquer de meilleures précautions sanitaires aux populations. Pour Harouna Kaboré, ministre en charge du commerce, cette ONG joue un grand rôle de veille et d’interpellation citoyenne sur les risques sanitaires liés à ce fléau. «ACONTA est dans une logique de faire appliquer les accords que nous avons signés, les textes sur lesquels nous nous sommes engagés. C’est une organisation de la société civile qui participe au développement de notre pays à sa manière», s’est-il confié puis d’ajouter «ce rapport qui est un condensé d’information et de données, va permettre au Gouvernement de s’appuyer la dessus pour améliorer les politiques publiques et l’ensemble des actions qui sont développées pour lutter contre le tabac». Le ministre Kaboré a rassuré ses interlocuteurs qu’une diligence sera accordée à l’analyse de ce document. ACONTA a, en guise de conclusion, formulé des recommandations à l’endroit du ministère de la santé notamment pour la prise d’un décret pour interdire la Chicha. Ce rapport, rappelle le gouvernement, est le 3ème du genre et concerne 80 pays sur le plan mondial avec 14 pays africains dont le Burkina Faso.

Abdoul Karim TAPSOBA (Stagiaire)