Cap Vert : Le gouvernement veut attirer 4 000 télétravailleurs pour relancer le tourisme

Le programme, dont les candidatures peuvent être soumises par voie électronique, s’adresse uniquement aux citoyens des pays d’Europe, d’Amérique du Nord, de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

Le Cap-Vert prévoit attirer 4 000 étrangers qualifiés pour travailler à distance depuis l’archipel au cours des trois prochaines années grâce au programme «Digital Nomads», qui est l’une des stratégies pour réinventer le tourisme qui a chuté pendant la pandémie de Covid-19 selon le journal Lusa.

 Le projet qui est en phase d’initiation est inclus dans le programme gouvernemental pour la législature (2016-2021), et sera ensuite débattu au parlement avant de passer par un vote de confiance au gouvernement,  dirigé par Ulisses Correia e Silva qui vient de remporter les élections pour poursuivre son mandat tout en assumant la continuité du Programme Working Cabo Verde – Digital Nomads », qui avait été présenté fin 2020. Le gouvernement affirme qu’il va « développer l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur du tourisme associé aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), comme c’est l’exemple du Projet Réinventer le Tourisme », et qu’il va « stimuler et encourager » le programme « Digital Nomads », nous indique Lusa. « Il est destiné d’ici trois ans à attirer 4 000 clients qui vivront au Cap-Vert pour de longs séjours (six à 12 mois), d’où ils travailleront, alliant travail et loisirs et permettant d’injecter de l’argent dans les économies locales », selon le programme gouvernemental.

Soleil, plage, hospitalité, tranquillité et une connexion Internet haut débit garantie pour « travailler en profitant de la beauté naturelle du pays » sont les arguments présentés dans la campagne à l’étranger

Le télétravail a gagné en force, dans le contexte de la pandémie

Lusa a rapporté fin 2020 que le Cap-Vert  avait l’intention d’attirer des citoyens européens, américains et lusophones pour travailler à distance depuis l’archipel grâce à un programme qui permet des séjours de six mois avec un visa de travail temporaire. Le programme « Remote Working Cabo Verde » intervient à un moment où l’archipel, pratiquement sans tourisme depuis mars 2020, tente de raviver l’intérêt international en tant que destination pour le soleil et le sable. Le programme consiste en un visa de travail temporaire de six mois, avec possibilité de renouvellement pour une durée égale, pour un coût total par personne de 54 €, et comprend une exonération du paiement de l’impôt sur le revenu pour les travailleurs indépendants qui viennent dans l’archipel pour faire du télétravail. Selon le ministre du Tourisme Carlos Santos, ce programme fait partie de la reprise du tourisme au Cap-Vert, après les restrictions dues à la pandémie de Covid-19, en essayant simultanément de diversifier l’offre touristique du Cap-Vert.

Pierre Oued.