Centrafrique : Instruments traditionnels pour une révolution musicale

Une scène de danse au rythme d’instruments raditionnels

Les artistes musiciens centrafricains optent désormais pour la révolution de ce secteur d’activité à travers de nouvelles sonorités musicales.

C’est l’objet du spectacle qui a été présenté au public banguichois par Idylle Mamba qui, après plusieurs succès, prône désormais l’utilisation d’instruments de musique traditionnels pour transmettre les messages ancestraux, a indiqué africanews. « Essayer de faire de la création qui permettra à la fois de faire montrer la Centrafrique autrement, c’est vraiment un travail de recherche, de documentation, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine », a déclaré le directeur artistique, Vincent Mambatchaka, cité par africanews. Ce brassage musical n’est pas un hasard, le groupe local choisi par l’artiste et les organisateurs de ce spectacle vienvent de la région d’Hippy, dans le nord-est de la République centrafricaine, berceau de l’histoire traditionnelle du pays. Il sera désormais question, pour la Centrafrique, de promouvoir cet assemblage d’instruments à base de troncs d’arbres, de racines et d’instruments modernes afin d’amener le traditionnel vers le moderne et inversement. Une sonorisation toute particulière différente de celles dont on a l’habitude. « C’est ce qui fait la qualité de ce travail : partir de racines de troncs pour les associer à des instruments modernes tels que le saxophone, la guitare, le synthétiseur et la voix. C’est quelque chose qui transparaît dans le travail que nous venons de faire », selon Vincent Mambatchaka. Le groupe Banda Linda, avec son spectacle Racines et rythmes, a été retenu par la programmation du théâtre de la ville de Paris, dans le cadre de la saison Africa 2020 initiée par le président français Emmanuel Macron.

Oumou Konaté