COVID-19 : Des experts de l’OMS arrivent à Wuhan pour enquêter sur les origines de la pandémie

Ce n’est qu’après moult négociations et accusations selon lesquelles la Chine faisait obstacle à une enquête sur son sol, que les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont finalement débarqué à Wuhan, en Chine, ce jeudi 14 janvier 2021 où ils tenteront de découvrir l’origine du nouveau coronavirus qui a tué près de 2 millions de personnes dans le monde indique VOA.

L’objectif des experts est de découvrir comment le virus est apparu, comment il s’est transféré à l’homme et comment de telles épidémies peuvent être évitées à l’avenir.


Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’ OMS , a rapporté que la plupart des 15 membres de la mission étaient arrivé en Chine. “Les membres de l’équipe qui sont arrivés à Wuhan seront en quarantaine pendant les deux prochaines semaines, et commenceront à travailler à distance avec leurs homologues en Chine. Ils poursuivront ensuite leur travail sur le terrain pendant encore deux semaines” a-t-il poursuivi sur le site des Nations Unies. Les États-Unis, qui ont accusé la Chine d’avoir dissimulé l’étendue du foyer initial de contamination il y a un an, ont appelé par le passé à une enquête « transparente » menée par l’OMS. Ils ont critiqué les termes de la visite selon lesquels les scientifiques chinois devaient procéder à la première phase de recherches.

L’OMS craint que les nouvelles mutations ne rendent certains vaccins moins efficaces.


Nouvelle variante


Cette visite intervient alors que le monde fait face à une deuxième vague et surtout à une nouvelle variante de coronavirus détecté en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne qui s’est rapidement propagée dans au moins 50 pays et ont déclenché une alerte généralisée indique. Les variantes nouvellement identifiées, qui semblent être beaucoup plus infectieuses que la souche apparue en Chine en 2019, surviennent alors que le nombre de virus en pointe oblige de nombreux pays à imposer de nouveaux verrouillages et aussi pousser l’OMS à convoquer un comité d’urgence “pour examiner les questions nécessitant une discussion urgente” indique News24.


P.O