Covid-19 : le Kenya cherche à éviter la pénurie d’oxygène

Face à la menace d’une nouvelle explosion des cas de contaminations, les hôpitaux kényans se préparent comme ils le peuvent pour éviter une rupture de stock comme en Inde ou encore en Tunisie.

Le manque d’oxygène est un véritable casse-tête pour les autorités médicales du Kenya

Depuis que le pays a tremblé devant la troisième vague de Covid-19, l’approvisionnement en oxygène est devenu une priorité des médecins kényans. Craignant d’être à court, le Metropolitan Hospital de Nairobi a décidé d’anticiper des besoins soudains en installant une unité de production d’oxygène directement sur son toit indique l’AFP. Kanyenje Gakombe, directeur de l’hôpital, s’est exprimé sur ce sujet et a indiqué que “La raison pour laquelle nous avons décidé d’investir dans une centrale à oxygène était d’améliorer notre capacité à fournir un service en toute sécurité, car l’oxygène est très important dans les soins intensifs. Nous voulions nous assurer que nous étions autonomes“.

 Un appel d’offres pour renforcer l’approvisionnement

Le Kenya fait face à une troisième vague de covid-19 particulièrement féroce

En mars et avril dernier, les médecins kényans avaient frôlé la catastrophe, mais craignent désormais de connaître la même urgence sanitaire que l’Inde, qui, depuis plusieurs semaines, manque cruellement d’oxygène médical. “Les Kényans vont en Inde pour se faire soigner. Voir l’Inde débordée, le système de santé indien débordé et submergé, ça nous inquiète.Si c’est un endroit où nous allons et qu’ils ne peuvent pas faire face à la Covid, alors que se passera-t-il si nous avons le même problème ? ” Alerte Kanyenje Gakombe. Le gouvernement kényan a de son côté lancé un appel d’offres pour renforcer l’approvisionnement de 16 comtés du pays. Un moyen de se préparer à la quatrième vague et d’éviter le pire toujours selon l’AFP.

Pierre Oued.