Des entrepreneurs camerounais prônent “consommer local” pour diversifier l’économie

Au Cameroun, de jeunes entrepreneurs travaillent à booster et à diversifier l’économie locale, marquée par un important taux d’importation. Pour ce faire, ils encouragent à consommer local, le “made in Cameroun”.

A l’image de toute l’Afrique, l’économie de la région centrale est également très dépendante des importations. Cependant, le Cameroun tente de booster son économie en encourageant la population à consommer local. C’est dans ce sens que le « made in Cameroun » a été initié et tente tant bien que mal de se frayer un chemin. Pour les initiateurs, prôner le « made in Cameroun » c’est tenter de surpasser une faiblesse de longue date de l’économie camerounaise, en diversifiant les activités au-delà de la vente de ressources primaires, tout en créant de l’emploi. Ce qui, a priori, n’est pas chose facile.

Les défis du “made in Cameroun”

Pour les entrepreneurs, le challenge du “consommer local” effectif par les populations reste grand. Du financement de l’achat des machines et des matières premières à des consommateurs prêts à consommer local mais méfiants sur la qualité de ce qui est produit chez eux, le défi reste énorme. Pour Jacqueline Tientcheu, présidente du Groupe Interprofessionnel des Entrepreneurs du Cameroun, citée par Africanews,  « le plus dur, c’est le financement. Pour l’aspect financier, nous voudrions surtout travailler avec beaucoup d’organisations qui nous apportent des garanties, des fonds de garantie, pour pouvoir accompagner les entrepreneurs, les petites entreprises, à ne plus être stigmatisés », a-t-elle expliqué.

Tout porte à croire que de plus en plus de magasins portant l’étiquette « made in Cameroun » ont déjà ouvert dans plusieurs villes du pays. Les entrepreneurs espèrent, sans doute, que le “consommer local” sera une généralité dans le pays, dans quelques années.

A l’instar du Cameroun, c’est toute l’Afrique qui s’est lancée dans la bataille du “produisons et consommons local”.

Line Rose