Des partis politiques optent pour la fusion autour des idéaux de leur idole Sankara

Le président du comité d’organisation du congrès de fusion prévu du 30 octobre au 1 novembre 2021, Alidou Sanfo, et des responsables des partis favorables à la fusion ont animé un point de presse à Ouagadougou, le 26 octobre 2021. Objectif :parler des préparatifs du congrès de fusion.

L’Union des forces Sankaristes et progressistes est en marche avec l’adhésion de 03 partis politiques ainsi que 02 organisations de la société civile, après l’appel lancé le 04 août par les leaders des partis Sankaristes à l’union des forces pour constituer la grande gauche. Un rassemblement autour d’une seule unité politique avec pour ambition de constituer un large front de gauche, à entendre les conférenciers. Lors de la fusion entre l’UNIR/PS (Union pour la Renaissance/Parti Sankariste) de Me Bénéwendé Stanislas Sankara, actuel ministre en charge de l’Urbanisme et de l’Habitat, et du MPS (Mouvement Patriotique pour le Salut) de l’ancien premier ministre de la transition, Yacouba Isaac Zida, un appel avait été lancé pour l’union des forces Sankaristes et progressistes, ont rappelé les conférenciers. le président du comité d’organisation du congrès de fusion a indiqué que 03 partis politiques, notamment l’URD/MS, CPP/FB et PJD ainsi que 02 organisations de la société civiles, à savoir le FASOKOOZ, et la JSU ont rejoint le large front en constitution.

600 congressistes attendus, 4000 militants à la clôture du congrès de fusion

Comment se fera la gestion du parti après l’union? Le président du comité d’organisation du congrès de fusion a indiqué, à cet effet, que tout se fera dans le respect du protocole d’accord signé. “C’est sur la base du consensus que la direction des membres du nouveau parti vont être choisis pour assurer la gouvernance, notamment le tout nouveau président”, a-t-il soutenu. “Il n’ y aura pas de guerre d’élection”, ont rassuré les conférenciers qui on précisé plus loin que : “Ce que nous cherchons aujourd’hui, c’est d’avoir des camarades qui vont conduire ce nouveau projet d’union et faire en sorte que les aspirations du peuple exprimées pendant l’insurrection soient atteintes”, a souligné Alidou Sanfo. Cette nouvelle union accepte “les partis qui se réclament de l’obédience Sankariste et progressiste », a-t-il ajouté.
A ce congrès de fusion, sont attendues des délégations de pays d’Afrique tels le Niger, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie et de pays d’Europe comme la France, ont annoncé les conférenciers. En tout, 600 congressistes sont attendus pour les travaux proprement dits du congrès et la clôture de ce congrès de fusion connaîtra la présence de 4 000 militants, ont-ils conclu.

Lucien DAKISSAGA