Deuxième édition de la journée conseil emploi: La facilitation de l’insertion professionnelle des jeunes au cœur des débats

Le 1er mai 2021, s’est tenue à Ouagadougou, la “Journée Conseil Emploi (JCE)”. Deuxième du genre, l’initiative est épousée par la société de droit burkinabè Manha. Cette journée a regroupé des jeunes en quête de travail et des structures réputées dans l’embauche ou le placement de personnel. A l’issue de cette journée, une convention de partenariat a été signée entre ” Manha”, les autorités burkinabè et la représentation française au pays des Hommes intègres.

La directrice de Manha Hélène Guehenneuc a confié que sa structure entend “aguérrir les jeunes dans la quête du travail


Au Burkina Faso, les statistiques sur le chômage des jeunes sont plus qu’alarmantes . Bon nombre d’entre eux sont diplômés mais peinent à s’insérer professionnellement soit par manque d’offres d’emploi ou simplement par incapacité de convaincre l’employeur de leur savoir-faire. C’est certainement ce dernier pallier qui a incité Manha à instituer un atelier dénommé JCE pour <> selon les dires de sa directrice Hélène Guehenneuc.Toujours selon elle, à l’issue de cette journée, les participants doivent être à mesure de savoir <>. Pour Zongo Audray, une participante à cet atelier, les connaissances acquises au cours de cette journée, lui seront bénéfiques à l’avenir et l’aidé à être performante sur le marché de l’emploi.

Pour Zongo Audray, étudiante, cet atelier lui permettra d’être plus performante dans la recherche de l’emploi


Au titre des structures partenaires, l’on notait la présence de Bolloré Burkina. Pour Victor Kaboré, le représentant de cette société, leur présence dans ces lieux est d’apporter leur <> à ces jeunes en quête d’emploi afin de mieux affronter le marché de l’emploi.

La journée ‘’Conseil emploi’’ a été surtout marquée par la signature de la convention de partenariat entre les différents partenaires


L’apothéose de cette cérémonie a été marquée par la signature d’une convention entre la directrice de Manha, l’ambassade de France et le ministère de la jeunesse et de l’emploi du Burkina Faso. Pour Luc Hallade, ambassadeur français en poste à Ouagadougou, la contribution de son pays est <>. Quant à Jean Phillipe Dakouré, sécrétaire général du misnistère de l’emploi <> et la contribution du ministère va se manifester dans la <>.
Selon les organisateurs, c’est plus de 349 millions de FCFA qui sont injectés à cette édition par les différents partenaires. La première édition tenue en 2019 avait connu la participation de 1300 jeunes, la mobilisation de 16 partenaires et la tenue de 43 ateliers. Rendez-vous a été pris pour la prochaine édition.


Abdoul Karim TAPSOBA