Guinée: Une dizaine d’opposants politiques libérés

Un premier groupe de plusieurs opposants au président guinéen déchu Alpha Condé, détenus à la prison civile de Conakry, a  été libéré en début de soirée du 7 septembre 2021.

Plusieurs détenus politiques libérés après le coup d’Etat contre Alpha Condé 

Chose promise, chose faite même si le rendez-vous de lundi a été raté. Mardi, un premier groupe composé d’une dizaine de personnes, arrêtées notamment lors des manifestations contre le 3e mandat d’Alpha Condé, a commencé à être libéré. Parmi elles, les opposants Abdoulaye Bah et Étienne Soropogui, ou encore un transfuge du parti au pouvoir, Ismaël Condé ont franchi la porte de la prison de Conakry. « Nous sommes libres aujourd’hui, la liberté n’a pas de prix, c’est une nouvelle naissance quand on quitte la prison. C’est une joie d’être parmi les siens, j’estime que c’est une épreuve dans ma vie, et par conséquent je n’ai de haine contre personne », a confié Abdoulaye Bah à RFI. Une liste de 79 détenus libérables a été approuvée après des consultations entre la junte militaire, l’administration pénitentiaire et les avocats des détenus, selon ces derniers. Foniké Mengué, figure du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution) est également libre depuis mardi soir. Il était derrière les barreaux depuis un an. La libération du militant a provoqué des explosions de joie dans les rues de la capitale.

Contexte des arrestations

Toutes ces personnes libérées à la faveur du coup d’Etat ont été arrêtées  lors des manifestations contre le 3e mandat d’Alpha Condé. En effet, depuis sa réélection contestée, Alpha Condé multipliait les interpellations. Selon le média Le Point, au total, 400 personnes auraient été interpellées arbitrairement à l’issue de la présidentielle du 18 octobre 2020. Et leurs conditions de détention étaient plus que préoccupantes. D’une capacité de 300 personnes, la prison civile de Conakry accueillerait environ 1 500 détenus, selon un rapport de l’Union européenne sur les droits humains et la démocratie dans le monde paru en juin dernier.

FNDC a appelé à une marche pacifique en hommage aux martyrs samedi prochain, en collaboration avec les partis d’opposition. Tout en précisant qu’elle accompagne le processus de transition aux côtés des putschistes du CNRD, a rapporté Rfi.

Par ailleurs, à la suite d’un putsch similaire au Mali voisin en août 2020, la Cedeao avait pris des sanctions, essentiellement économiques contre le pays. La Guinée pourrait également être confrontée à ces types de sanctions. Une rencontre de la Cedeao est prévue et il est clair que des sanctions vont tomber contre ce pays qui est à nouveau aux mains des militaires.

Source: rfi Afrique; Le Point

Line Rose