Kenya : Fin de cavale pour un tueur en série d’enfants

Dans un récit détaillé et éprouvant, le meurtrier a raconté en détails ses crimes

La police kényane a annoncé jeudi l’arrestation d’un homme âgé  de 20 ans présenté comme un « vampire », qui a admis les meurtres d’au moins une dizaine d’enfants ces dernières années.

Masten Milimo Wanjala, 20 ans, a été arrêté ce mercredi 14 juillet 2021 pour le meurtre de deux enfants dont les corps avaient été retrouvés abandonnés dans une zone boisée de Nairobi a t-on appris de Voa Afrique. Lors de ses aveux, le jeune homme a reconnu les meurtres d’une dizaine d’autres adolescents, a expliqué la police selon la même source. Cette arrestation représente une avancée majeure dans une enquête sur une vague de disparitions inquiétantes d’enfants au Kenya – environ deux par jour ces dernières semaines -, selon la police. « Wanjala a massacré seul ses victimes de la manière la plus impitoyable, parfois en suçant le sang de leurs veines avant de les assassiner », a déclaré la Direction des enquêtes criminelles (DCI) sur Twitter, le décrivant comme un « vampire assoiffé de sang ». Les meurtres, qui visaient des enfants de 12 et 13 ans, remontent à ces cinq dernières années.

Il prenait plaisir dans ses meurtres

La justice a ordonné ce 15 juillet 2021 son placement en détention pour 30 jours, pour permettre à la police de poursuivre ses investigations. Selon la police, la première victime de Wanjala était une fillette de 12 ans, enlevée il y a cinq ans dans le comté de Machakos, à l’est de Nairobi. Le meurtre de sa victime suivante avait suscité de vives protestations dans l’ouest du Kenya, où les habitants avaient incendié la maison d’une personne qu’ils soupçonnaient d’avoir tué le garçon. « Dans un récit détaillé et éprouvant, le meurtrier a raconté des détails terribles sur la façon dont il a attiré ses victimes dans ses griffes avant d’arracher la vie de ces enfants innocents », a précisé la DCI sur Twitter. Les restes de certains enfants « ont été jetés dans des fourrés », d’autres « abandonnés dans les égouts de la ville », a-t-elle affirmé, ajoutant que les corps de plusieurs autres enfants dont on craint qu’ils aient été tués par Wanjala n’ont pas encore été retrouvés. Des cas d’enlèvements d’enfants en route pour l’école, dont certains ont été retrouvés morts, se sont multipliés ces derniers mois, semant la panique chez les familles. La police a également révélé que le tueur avait réclamé 30 000 shillings kényans (environ 235 euros) aux parents d’un adolescent avant de le tuer. Wanjala ne s’est pas excusé de ses actes, déclarant au contraire aux enquêteurs qu’il avait pris « beaucoup de plaisir » à tuer ses victimes.

Oumou Konaté