Kenya : Inquiétude des populations face aux multiples enlèvements d’enfants

Le terrorisme continue d’être l’une des menaces les plus sérieuses à la sécurité et le milieu éducatif en Afrique. Les établissements scolaires sont devenus des cibles spécifiques d’attaques violentes causant la mort d’apprenants et d’éducateurs, menant ainsi à la fermeture de milliers d’écoles et à la hausse du nombre d’abandons scolaires.

Au moins 242 enfants âgés de 18 ans et moins ont été portés disparus entre janvier et décembre 2020, selon le rapport de l’ONG Missing Child Kenya. Parmi les disparus, on compte 125 filles et 117 garçons – dont certains ont été retrouvés et remis à leurs familles, tandis que d’autres ont été conduits sur des sites aménagés par le gouvernement. Quelques-uns ont été retrouvés morts, d’autres sont toujours portés disparus, écrivent Hilary Kimuyu et Mary Wangari pour The Nation. L’ONG a dit craindre de plus en plus qu’un réseau criminel ne prenne les enfants. Ces derniers mois, il y a eu de plus en plus d’appels sur les réseaux sociaux de la part des parents et proches au sujet de leurs proches disparus.
Au moins 61 enfants ont été portés disparus entre mars et mai 2021. Bien que 33 personnes aient été retrouvées, le sort des autres reste inconnu.
Il faut rappeler que des agents de police de la circulation dans le comté de Makueni ont secouru lundi soir un enfant qui avait été enlevé dans le comté de Kilifi et ont arrêté une femme en lien avec l’incident. La suspecte, Sarah Sensoria, également connue sous le nom de Shantel et Cynthia Chepkorir, voyageait aux côtés d’un enfant de six ans dans un bus à destination de Nairobi. Les policiers ont identifié la jeune fille et arrêté le suspect lors d’une opération qu’ils ont célébrée comme une avancée majeure pour déjouer le vol de bébés. Un crime qui prend des proportions incontrôlées dans tout le pays, ces derniers jours.
Source: allAfrica.

Fatimata COMPAORE