Kenya : Inquiétude face à l’augmentation des cas de tuberculose au Turkana

La tuberculose en hausse en Afrique

Plusieurs experts médicaux kényans ont récemment tiré la sonnette d’alarme, insistant sur le fait que le pays n’était pas préparé à faire face à ce qui peut devenir un véritable désastre. L’augmentation de la résistance aux traitements, menace les progrès accomplis par le Kenya dans la lutte contre la tuberculose.

Selon Allafrica, le comté de Turkana est en état d’alerte élevé face aux craintes d’une recrudescence des infections tuberculeuses, qui, selon les autorités, pourraient atteindre 2 500 cas en un an. Le coordinateur de la tuberculose du comté, le Dr Job Okemwa, a déclaré que Turkana, parmi les 10 comtés les plus touchés par la tuberculose, a enregistré plus de 600 cas au cours du premier trimestre de l’année. Il a averti que le comté pourrait signaler plus de 2 500 cas si la tendance actuelle des infections ne s’inverse pas.

Il faut rappeler que la tuberculose est une maladie bactérienne infectieuse potentiellement grave qui affecte principalement les poumons. Il se transmet lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Elle est la cinquième cause de décès au Kenya, faisant 53 000 morts chaque année. En 2019, les centres de santé ont signalé et traité 86 504 cas, dont environ 10 % étaient des enfants, et les coûts de la tuberculose pharmacorésistante sont en augmentation, avec 688 cas signalés en 2019.

« Les efforts concertés du comté et des partenaires au développement sont essentiels pour lutter contre cette tendance inquiétante. Statistiquement, le comté a enregistré 2 278 cas l’année dernière, dont 44 cas résistants aux médicaments, contre 2 478 en 2019 », a déclaré le Dr Okemwa. Il a noté que le dépistage de routine porte-à-porte faisait partie des mesures prises par l’unité déconcentrée et les partenaires.

Allafrica a expliqué que la tuberculose reste un problème de santé publique mondial  dans le monde, 104 millions de personnes sont infectées et 1,5 million meurent chaque année. En Afrique subsaharienne  près de 2,5 millions de personnes sont atteintes de la maladie et plus de 660 000 morts, en 2019.  Le Kenya, dans son plan stratégique national de lutte contre la maladie, veut guérir au moins 597 000 cas d’ici 2023.

Le plan de lutte contre la tuberculose, lancé en 2020, vise également à réduire le coût du traitement antituberculeux de 4 500 Sh par traitement à 1 500 Sh. Toutefois, le Kenya fait déjà de grands progrès. Entre 2015 et 2019, il a réduit les décès dus à la tuberculose de plus de 30 % et les nouveaux cas de 20 %.

Fatimata COMPAORE