La France suspend ses opérations militaires conjointes avec les forces maliennes

La France a décidé de suspendre les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes, dans l’attente de garanties sur un retour des civils au pouvoir à l’issue de l’élection prévue en février 2022, a annoncé jeudi le ministère des Armées. « Des exigences et des lignes rouges ont été posées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et par l’Union africaine pour clarifier le cadre de la transition politique au Mali, et dans l’attente de ces garanties, la France […] a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit », souligne le ministère dans un communiqué. « Ces décisions seront réévaluées dans les jours à venir au regard des réponses qui seront fournies par les autorités maliennes », conclut le ministère alors que le Mali. Selon toujours le ministère, cette décision implique que la force française Barkhane, forte de 5.100 militaires au Sahel, continuera d’opérer mais pour l’heure en solo. En revanche, la force Takuba initiée par la France, composée d’unités de forces spéciales européennes et censée former l’armée malienne au combat face aux djihadistes, compte parmi les activités suspendues.