La Somalie tient des pourparlers d’urgence sur la crise électorale

La Somalie a ouvert des pourparlers urgents avec les autorités régionales pour éviter une crise constitutionnelle. Le pays de la Corne de l’Afrique semble certain de manquer la date limite du 8 février pour élire un nouveau président. Le président de la Somalie, Mohamed Abdullahi Mohammed, a convoqué une réunion urgente de trois jours avec les dirigeants de l’État fédéral. La conférence de Dusamareb, à quelque 400 km (250 miles) au nord de la capitale Mogadiscio, est une tentative de sortir de l’impasse électorale et d’éviter une crise constitutionnelle. Le président de la Somalie est élu par les législateurs du pays, composés de 275 parlementaires et 54 sénateurs. Mais la Somalie n’a pas réussi à tenir le scrutin nécessaire pour choisir de nouveaux législateurs, de sorte qu’aucun nouveau président ne peut être élu. Même si un accord est trouvé à Dusamareb, il est “très clair” que l’élection ne peut pas avoir lieu avant le 8 février, a déclaré Omar Mahmood, analyste principal pour la Somalie au sein du groupe de réflexion Crisis Group.