L’Afrique du Sud reprend la vaccination au Johnson & Johnson

L’Afrique du Sud va reprendre très prochainement sa campagne de vaccination, deux semaines après sa suspension du Johnson & Johnson en raison de craintes concernant le risque de caillots sanguins, a annoncé son ministre de la Santé lundi 26 avril.

Bientôt la reprise de la vaccination au Johnson & Johnson par l’Afrique du sud

L’Afrique du sud a pris du retard dans la vaccination contre la Covid-19. Et pour cause, d’abord le vaccin britannique AstraZeneca avait été écarté début février, suite à des doutes sur son efficacité contre le variant local du coronavirus, et les doses achetées par Pretoria ont été revendues à d’autres pays africains. Ensuite, cette suspension du Johnson & Johnson américain mi-avril, suite à des cas de caillots sanguins constatés aux États-Unis. A présent, rassuré par la faible probabilité de développer des caillots sanguins après avoir été vacciné, le pays entend reprendre la vaccination au Johnson & Johnson. «Il a depuis été établi qu’il existe une chance pour un million de développer des caillots sanguins après avoir été vacciné», a expliqué Zweli Mkhize dans un communiqué publié ce lundi. «Vu la très faible probabilité, les régulateurs partout dans le monde ont recommandé l’utilisation continue de ce vaccin», ajoute-t-il, selon Le Journal De Montréal.

Environ 300 000 travailleurs de santé ont reçu une injection en Afrique du Sud

Appel des compagnies privées pour la vaccination

Afin d’accélérer la vaccination, le gouvernement sud-africain a décidé de faire appel à des compagnies privées pour l’importation et la distribution des futures doses. Le pays a commandé 31 millions à Johnson & Johnson, dont 1 million doit sortir à partir d’aujourd’hui (26 avril) de l’usine locale d’Aspen. Par ailleurs, l’entreprise Pfizera a été également contacté par les autorités sud-africaines. 30 millions de doses ont été achetées auprès de l’entreprise Pfizer, avec un début de livraison à la fin du mois. Selon le ministre Zweli Mkhize, le gouvernement a obtenu suffisamment de doses, auprès des américains Johnson & Johnson mais aussi Pfizer, pour inoculer «au moins 45 millions de personnes résidant en Afrique du Sud».
En rappel, jusqu’à présent, environ 300 000 travailleurs de santé ont reçu une injection en Afrique du Sud qui a pourtant promis la vaccination de 40 millions de personnes d’ici la fin de l’année. À ce jour, l’Afrique du Sud a officiellement recensé plus de 1,5 million de cas et plus de 54 000 décès.

Line Rose