L’Arabie saoudite emprisonne un journaliste soudanais pour sa critique du royaume

Les griefs reposent sur ses tweets et interviews soutenant la révolution soudanaise de 2018-2019

Un tribunal saoudien a condamné, le 8 juin, un journaliste soudanais à 4 ans de prison pour avoir publié, sur les réseaux sociaux,  des critiques à l’égard du royaume, a indiqué mardi 27 juillet 2021, l’ONG Human Rights Watch (HRW), cité par le Figaro.

Selon les accusations, Ahmad Ali Abdelkader, 31 ans, a «insulté les institutions et les symboles de l’État » et a « parlé de manière négative des politiques du royaume », a précisé HRW, dans un communiqué. Les accusations sont basées sur des tweets et des interviews dans lesquels il a exprimé son soutien à la révolution soudanaise de 2018-2019 et a critiqué les actions de l’Arabie saoudite à son pays d’origine ainsi qu’au Yémen, selon le communiqué.

Procès d’un accusé sans avocat

« L’emprisonnement d’une personnalité médiatique sur la base d’accusations bidon en dit plus, en termes de négativité, sur les politiques de l’Arabie saoudite que tout ce qu’Ahmad Ali Abdelkader a pu mettre en ligne», a déclaré Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient. «Sa poursuite en justice et d’autres cas similaires montrent à quel point les autorités saoudiennes sont déterminées à éradiquer la moindre critique sur les réseaux sociaux et à dissuader toute dissidence (en brandissant) la menace de longues peines de prison», selon la même source.

Ahmad Ali Abdelkader a été arrêté à l’aéroport de Jeddah le 19 avril et s’est vu refuser l’assistance d’un avocat pendant le procès, précise encore HRW, selon notre source. Il a été détenu pendant 20 jours dans un poste de police de Jeddah, puis au centre de détention d’Al-Shumaisi, près de La Mecque, avant d’être déféré devant un juge, selon HRW. Abdelkader a travaillé en Arabie saoudite pendant 5 ans entre 2015 et 2020, puis est retourné au royaume en avril, avec un nouveau visa de travail. Il a été arrêté à son arrivée dans le pays.

Oumou KONATE