Le Botswana envoie près de 300 soldats au Mozambique

Des soldats botswanais en mission au Mozambique

Les dirigeants des pays d’Afrique australe se sont accordés sur l’envoi d’un contingent militaire au Mozambique. Réunis à Maputo, les dirigeants ont dit avoir pris cette décision, pour lutter contre les groupes jihadistes qui sèment la terreur dans le nord-est du pays depuis plus de trois ans.

Un contingent de 296 soldats botswanais est arrivé au Mozambique, le 26 juillet 2021, pour appuyer les soldats des pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe, ou SADC, dans leur mission, a rapporté Allafrica. Les troupes de la SADC sont déployées pour la première fois pour réprimer l’insurrection islamiste meurtrière à Cabo Delgado, la province la plus septentrionale du Mozambique. Masisi, le président de la SADC, au sujet de la politique, la défense et la sécurité, a déclaré que le déploiement fait partie des efforts de la région pour promouvoir la stabilité dans le Mozambique. Il a ajouté ceci : « aujourd’hui, nous assistons à une autre étape importante dans nos objectifs de propulser le programme de paix dans notre région en donnant suite au mandat de la SADC, visant à faciliter les conditions de paix dans la partie nord de la République du Mozambique à Cabo Delgado, en particulier « .

Notre source a expliqué que le Botswana devient le deuxième pays de la SADC à envoyer des troupes à Cabo Delgado, après que des soldats sud-africains ont débarqué au Mozambique la semaine dernière. Quant au Rwanda, qui n’est pas membre du bloc régional de 16 membres, il y a également envoyé 1 000 soldats en début juillet.

Adriano Nuvunga, directeur du Centre pour la démocratie et le développement à Maputo, se félicite de l’arrivée des troupes étrangères mais s’inquiète de la coordination de l’opération. Il a déclaré que « ce sont des troupes de différentes nations, différentes cultures et différents codes d’opérations. C’est un défi supplémentaire pour le Mozambique de coordonner cela. C’est une militarisation supplémentaire, qui peut alimenter le conflit avec des conséquences pour les communautés locales, pour les situations humanitaires et les abus des droits de l’homme ».

Il faut rappeler que le mois dernier, la SADC a décidé d’envoyer des troupes pour combattre les insurgés islamistes dans la région riche en pétrole de Cabo Delgado. Les troubles civils ont coûté la vie à près de 3 000 personnes tandis qu’environ 800 000 personnes ont été contraints au déplacement.

Fatimata COMPAORE