Le chef de l’opposition Zambienne dénonce une dette insoutenable

Le principal chef de l’opposition zambienne a déclaré mardi que les dirigeants actuels du pays ne pouvaient pas sauver la nation d’une crise de la dette punitive, quelques mois à peine avant que la nation ne se rende aux urnes.

La Zambie, riche en cuivre, est devenue l’année dernière la première économie souveraine en défaut de l’ère des coronavirus en Afrique selon le FMI.En octobre, la Zambie a manqué une date limite pour honorer un paiement d’intérêts de 42,5 millions de dollars dû sur une obligation en Euros. Trois mois plus tard, le 30 janvier, il a sauté un paiement d’intérêts de 56,1 millions de dollars sur une autre obligation. “La dette a vraiment atteint des niveaux insoutenables, ce qui étouffe les recettes intérieures”, a déclaré Hakainde Hichilema à l’AFP. Le politicien et homme d’affaires de 58 ans a blâmé le gouvernement du Front patriotique et les fonctionnaires corrompus pour la situation. “Ils ont créé la crise de la dette” et “ils ne savent pas comment s’en sortir”, a-t-il déclaré.”Ils déraillent sur beaucoup de choses. Les niveaux de corruption sont sans précédent”.Au cours de la dernière décennie, la Zambie a vu sa dette totale – y compris sa dette intérieure – grimper à environ 20 milliards de dollars, a-t-il déclaré.

Changement

La Zambie, riche en cuivre, est devenue l’année dernière la première économie souveraine en défaut de l’ère des coronavirus en Afrique

La Zambie a demandé un financement du Fonds monétaire international pour les réformes et le remboursement de la dette, mais trois semaines de négociations se sont terminées de manière non concluante en mars, le FMI déclarant que “des défis majeurs demeurent”.Le gouvernement a également demandé la restructuration des prêts dans le cadre d’une nouvelle initiative de suspension de la dette du G20. Le remboursement de la dette est devenu plus difficile car la monnaie kwacha du pays a chuté d’environ un tiers de sa valeur par rapport au dollar depuis l’année dernière.Les prix du cuivre ont cependant repris cette année et sont à un niveau élevé d’une décennie, ce qui pourrait aider la Zambie à faire face à sa dette.La crise de la dette, la pauvreté et une économie en difficulté devraient dominer une élection au cours de laquelle Hichilema défie le président sortant de 64 ans, Edgar Lungu. Dirigeant le Parti uni pour le développement national (UPND), il a déclaré à l’AFP que les enjeux étaient “extrêmement élevés” car “les Zambiens veulent du changement”.Hichilema, a appelé à des sondages “libres et équitables”, alléguant des “problèmes d’état de droit” et des irrégularités dans l’inscription des électeurs’’.

K.Fiakofi