Le G5 Sahel poursuit toujours son projet Desert-to-Power (D2P), Le Kenya espère 1,16 milliard $ de financement de la Banque mondiale et du FMI d’ici à la fin du mois de juin.

Dr Patrick Njoroge, le Gouverneur de la Banque centrale du Kenya

D’après le FMI, le pays a enregistré une légère récession économique de l’ordre de 0,1% l’année dernière, due notamment au Covid-19. Malgré des inquiétudes concernant le niveau de sa dette, l’Etat a mis en place un plan de mobilisation des financements extérieurs pour accélérer la reprise.

Le Kenya s’apprête à recevoir un financement de 1,16 milliard $ de la Banque mondiale et du FMI au cours du mois de juin. C’est ce qu’a annoncé cette semaine le gouverneur de la Banque centrale du pays, Patrick Njoroge, au cours d’une conférence de presse selon businessnewsafrica.net. D’après le responsable, environ 750 millions $ devraient être décaissés par la Banque mondiale d’ici les deux prochaines semaines. Ayant pour objectif de soutenir le budget kenyan et d’accompagner la reprise économique post-Covid, les fonds s’inscrivent dans le cadre du Development Policy Financing (DPF) utilisé par la Banque mondiale pour fournir un soutien budgétaire direct aux pays. L’agence Ecofin affirme par ailleurs que ce financement sera rejoint par un autre de 410 millions $ attendu du FMI. Celui-ci s’inscrit dans le cadre de la première revue d’un programme de financement de 2,3 milliards $ sur 38 mois accordé par l’institution à Nairobi, pour faciliter les réformes et la relance économiques. 

Pour rappel,  ces deux financements s’inscrivent dans le cadre du programme de mobilisation financière des autorités kenyanes. Celles-ci cherchent à combler le déficit budgétaire de l’Etat tout en poursuivant les projets de développement nationaux, le tout dans un contexte économique difficile, compliqué par la hausse du service de la dette et par le Covid-19. D’après le dernier bilan de l’Union africaine, la pandémie a touché 170 485 personnes dans le pays et a fait au moins 3141 morts et pendant ce temps, à en croire  le FMI, l’économie nationale a reculé de 0,1% l’année dernière.

Ainsi en dehors de ces deux financements, Patrick Njoroge indique que le pays attend également des financements d’autres partenaires au cours de cette année.  « Un autre financement de la BAD est également attendu » a indiqué le responsable alors que le gouvernement prévoit déjà d’émettre de nouvelles obligations pour lever 1 milliard de dollars d’ici la fin du mois de juin 2021.

Oumou Konaté