Le Kenya appelle à davantage d’efforts pour résoudre les conflits en Afrique

Le président kényan Uhuru Kenyatta a dénoncé lundi 19 avril 2021, le nombre croissant de conflits en Afrique, et a appelé à davantage d’efforts de résolution des conflits sur le continent.

Le Kenya fait un plaidoyer auprès des Nations Unies pour régler les conflits en Afrique

L’intensité des conflits armés en Afrique augmente et baisse cycliquement. Selon les données issues du Uppsala Conflict Data Program et de la Base de données mondiale sur le terrorisme, les conflits armés ont atteint leur pic. S’exprimant au cours d’un débat virtuel de haut niveau du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la coopération entre l’ONU et les organisations régionales et infra-régionales en matière de prévention et de résolution des conflits, M. Kenyatta, a appelé à de nouveaux efforts conjoints pour mettre fin aux conflits dont le nombre augmente sur le continent. “L’histoire et l’expérience nous ont montré que plus l’on est proche d’un problème, mieux on comprend sa complexité et les solutions qui lui sont applicables”, a également indiqué M. Kenyatta dans un communiqué publié lundi par son bureau. Le dirigeant kényan a regretté qu’il y ait encore tant de conflits en Afrique, une situation à laquelle il convient selon lui de remédier au moyen d’un effort collectif. Le moment est venu d’intensifier les efforts mondiaux de résolution des conflits, en particulier en Afrique, a-t-il ajouté.

Les conflits armés internes sont beaucoup plus fréquents dans les pays pauvres que dans les pays riches

M. Kenyatta, qui assure la présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), a affirmé au cours de la réunion que “la paix et la stabilité devaient être des priorités essentielles pour l’Afrique”.
En effet selon Reuters, l’UA a placé la paix en tête de sa liste de priorités, et a créé plusieurs structures institutionnelles consacrées à la prévention et à la résolution des conflits. Les organisations régionales et infra-régionales sont plus directement concernées par les conflits, et sont en mesure de fournir un travail de proximité et des idées plus adaptées à la situation, ce qui est essentiel à la résolution des conflits, a poursuivi. M. Kenyatta a soumis cinq recommandations au Conseil de sécurité, appelant entre autres à un soutien accru aux efforts de maintien de la paix, à une meilleure prise en compte de la dimension transfrontalière des conflits, et à la mise en place de programmes appropriés de désarmement, de démobilisation et de réintégration des groupes armés afin de réduire l’impact des conflits en Afrique.

K.Fiakofi