Le pigeon rose d’île Maurice sauvé de la menace d’extinction

Unique à Maurice, le pigeon rose a failli s’éteindre comme le dodo. Mais aujourd’hui, grâce aux efforts d’une ONG locale, d’un naturaliste britannique et des autorités mauriciennes, l’oiseau a été sauvé in extremis et peuple désormais les régions endémiques du pays, selon la radio rfi.

La vallée de Ferney, lieu paradisiaque de l’île Maurice, abrite désormais la créature qui a failli connaître le même sort que le dodo, le pigeon rose, appelé aussi pigeon des Mares. En 2016, cette espèce aviaire qu’est le pigeon rose a été introduite dans la vallée de Ferney où vit une population relativement stable d’une trentaine d’individus. La longue et méthodique mission de sauvetage a été menée par la MWF Mauritian Wildlife Foundation, sous la direction du regretté naturaliste britannique, Gerald Durell, et les autorités mauriciennes, rapporte Radio france-inter. «Le pink pigeon reste un des projets phares avec la crécerelle de Maurice. Ce sont des espèces que nous avons sauvées de l’extinction. Il n’en restait qu’une dizaine », a expliqué selon RFI, Benoît de Lapeyre, chargé de lever des fonds à la MWF, l’ONG locale qui a piloté la mission de sauvetage de cette espèce.

Recouvert d’un plumage rose pâle sur la tête, le ventre et une partie de son dos, le pigeon des Mares a une robe irréprochable. Son bec et ses pattes sont également roses et il est le plus grand oiseau terrestre ayant survécu à Maurice, d’après notre source. Tous se ressemblent aux yeux des profanes, mais les oiseaux présents sur l’île sont tous bagués et portent une identité, un nom qui est lisible via les jumelles, a indiqué RFI. Aujourd’hui, cet oiseau emblématique constitue une population d’environ 500 individus répartis dans les zones endémiques protégées de l’île que sont les gorges de la Rivière noire, la Forêt d’Ébène, l’île aux Aigrettes et à la vallée de Ferney.

Roseline BADO