Le Soudan du Sud exposé à un déficit de céréales important en 2021, selon un rapport de l’ONU

Un déficit de céréales important est anticipé au Soudan du Sud en 2021 en raison de l’impact des conflits et inondations prolongées, exposant des millions de Sud-Soudanais à une insécurité alimentaire extrême, ont rapporté mardi des agences de l’ONU dans un rapport conjoint.

Le Soudan du Sud a un déficit de la production céréalière estimé à 465. 600 tonnes en 2021.

Selon le  rapport de la Mission d’évaluation de la sécurité alimentaires et agricole, publié conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et par le Programme alimentaire mondial (PAM) , le déficit de la production céréalière du Soudan du Sud est estimé à un record historique de 465.600 tonnes en 2021. “La production céréalière en 2020 a augmenté de 7% en glissement annuel, pour atteindre près de 874.400 tonnes”, a  indiqué le rapport . Toutefois, cette croissance ne permettrait de couvrir les besoins que d’un tiers des 12,2 millions d’habitants du Soudan du Sud car ce pays a besoin de 1,3 million de tonnes de céréales par an. Ainsi, la majeure partie de la population du pays dépend d’une aide alimentaire humanitaire. “La progression marginale de la production céréalière montre que là où il y a la paix et la stabilité, les habitants du Soudan du Sud sont en mesure de tourner la page de la famine”, a indiqué à l’AFP  Matthew Hollingworth, directeur national du PAM au Soudan du Sud.

7,19 millions de personnes sont exposées à l’insécurité alimentaire à cause de la violence et les conflits, entre différents groupes pour les terres arables et l’eau

Ce nouveau rapport montre que 7,19 millions de personnes seront exposées à l’insécurité alimentaire au plus fort de la saison maigre entre avril et juillet.  La violence et les conflits, la compétition entre différents groupes pour les terres arables et l’eau, ainsi que les déplacements de population prolongés dus aux violences et aux inondations ont causé des destructions matérielles et érodé la résilience des communautés. Meshack Malo, représentant de la FAO au Soudan du Sud, a déclaré qu’une paix durable était la solution nécessaire pour permettre aux communautés de bénéficier des sols fertiles du Soudan du Sud, de produire leur propre nourriture et de sortir de la dépendance à l’aide humanitaire.”Notre priorité est de libérer le potentiel du Soudan du Sud, d’augmenter la production agricole et de permettre aux communautés de contribuer à l’expansion des zones cultivées”, a déclaré M. Malo.

K.Fiakofi