Le Soudan du Sud veut adopter une constitution définitive pour consolider la paix

Le Soudan du Sud a commencé mardi à rédiger une constitution finale dans le but de consolider une paix fragile près d’une décennie après son accession à l’indépendance.

Salva Kiir et Riek Machar ont conclu un accord en 20218 pour former un gouvernement d’union nationale

Le président Salva Kiir a présidé une cérémonie de lancement du   processus, dans le cadre d’un accord de paix conclu avec son rival Riek Machar en 2018. Le plus jeune pays du monde, le Soudan du Sud a été régi par des constitutions provisoires pendant les années de guerre civile qui ont suivi l’indépendance en juillet 2011. «Cet atelier vise à développer une feuille de route pour la constitution permanente de la République du Soudan du Sud», a déclaré à Nation Africa le président  Kiir. “Il est absolument essentiel que cela reflète les aspirations de notre peuple à la liberté, à l’égalité, à la justice et à la prospérité pour tous”, a-t-il ajouté. La cérémonie a réuni toutes les parties signataires de l’accord de 2018, ainsi que des envoyés internationaux de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Nations Unies.Cependant, peu de dispositions de la trêve ont été respectées et les analystes ont mis en garde contre la menace d’un retour à la guerre dans un pays riche en pétrole qui reste gravement sous-développé et mal géré.

La famine qui frappe le pays a davantage à voir avec la guerre qui a repris depuis juillet 2016.

Pour Oyet Nathaniel, qui représentait  l’ancien groupe rebelle du Mouvement populaire de libération du Soudan en opposition (SPLM-IO) de Machar qui est aujourd’hui vice-président, la constitution qui doit être finalisée d’ici deux ans doit freiner certains pouvoirs présidentiels. “Les pouvoirs donnés au président sont inacceptables. Nous attendons des citoyens qu’ils retrouvent leurs pouvoirs dans la nouvelle constitution”, a-t-il déclaré à l’AFP. Un exemple est le pouvoir du président actuel de révoquer les élus tels que les gouverneurs ou les députés parlementaires. Le Soudan du Sud a plongé dans la guerre civile en décembre 2013 après que Kiir ait accusé Machar d’avoir comploté pour le renverser. En février 2020, un gouvernement de coalition a été formé et les rivaux acharnés ont accepté de mettre fin aux combats, bien que des conflits locaux continuent d’éclater périodiquement, souvent à cause de vols de bétail. Le conflit vicieux, au cours duquel le viol a été utilisé comme arme de guerre, a tué plus de 380 000 personnes et laissé quatre millions de sans-abri selon l’ONU .

K.Fiakofi