Le Soudan réfute les déclarations éthiopiennes sur l’eau et les accords frontaliers

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a publié samedi un communiqué de presse affirmant son attachement aux accords et traités internationaux sur les eaux du Nil.

L’Ethiopie a annoncé poursuivre le remplissage du méga-barrage malgré le contentieux persistant avec ses voisins, l’Egypte et le Soudan

Cette déclaration du ministère faisait suite aux pourparlers récurrents des responsables éthiopiens alléguant que le Soudan avait forcé l’Éthiopie à respecter ce qu’ils appellent des «accords coloniaux» sur l’eau du Nil et les frontières. Selon Egypt today , le Soudan a souligné les normes des relations internationales alors que les États et les gouvernements respectent les traités et accords signés par les gouvernements et régimes précédents. Il a ajouté que se retirer de ces accords et traités en publiant des communiqués de presse et en mobilisant l’opinion publique pour des raisons politiques locales sont des actes irresponsables.”De tels actes empoisonnaient le climat des relations internationales et le soumettait à une volonté unilatérale, provoquant le chaos et endommageant les bases de la politique de bon voisinage dans laquelle les relations éthiopiennes-soudanaises sont enracinées depuis des siècles”, indique le communiqué. Le ministère soudanais des Affaires étrangères a souligné que les affirmations éthiopiennes selon lesquelles de tels accords sont un héritage colonial qui devrait être abandonné ne sont pas valables car au moment où ils ont été signés, l’Éthiopie était un pays indépendant contrairement au Soudan. “Nous tenons à informer notre voisin, l’Éthiopie, qu’un tel retrait sélectif des accords internationaux pour des raisons de propagande et de politique locale est un mécanisme nuisible et inabordable qui n’aide pas à parvenir à un accord négocié et accepté par toutes les parties”, a-t-il ajouté.  Le ministère a précisé que mettre à la table des sujets autres que le remplissage et l’exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est improductif et sans but car cela ferait obstacle aux négociations tout en imposant un fait accompli qui se ferait au détriment de la sécurité et de la stabilité continentales.

Les agriculteurs Égyptiens et soudanais espèrent que le barrage régulera le niveau du fleuve pour pouvoir intensifier leur agriculture

Le Soudan a enfin appelé l’Éthiopie à travailler conjointement avec ses voisins par souci d’intérêt mutuel plutôt que d’engager des hostilités avec eux pour échapper aux problèmes internes . Le premier remplissage a été réalisé en 2020 avec 4,9 milliards de mètres cubes. Actuellement, l’Éthiopie a l’intention de faire le deuxième remplissage en juillet avec au moins 13 milliards de mètres cubes.En 2015, les trois pays ont signé la Déclaration de principes, par laquelle les pays en aval ne devraient pas être affectés négativement par la construction du barrage.En octobre 2019, l’Égypte a reproché à Addis-Abeba d’entraver un accord final concernant un problème technique, appelant à l’activation de l’article n ° 10 de la Déclaration de principes, qui stipule que si les trois pays ne parviennent pas à trouver une solution à ces différends, ils doivent demander une médiation. La dernière série de pourparlers qui a eu lieu au début d’avril n’a pas réussi à exploiter la congruence sur un mécanisme de négociation. De même, l’Éthiopie avait rejeté l’élargissement du rôle des experts techniques dans les négociations sur proposition du Soudan au début de l’année.

K.Fiakofi